Le blog de la rédac'
Milos à moëlle



Il n'a visiblement pas beaucoup de fans, et pourtant le Canadien mérite à être connu. Gentil, agréable, il construit sa carrière tranquillement, et depuis quelques temps, son jeu a pris une nouvelle dimension.


Je vous invite à observer l'index de Milos Raonic quand il se prépare à servir. Il place celui-ci très haut sur le manche comme pour bien bloquer sa raquette qu'il place parallèle au sol comme une poêle à frire. C'est juste une seconde avant de frapper la balle qu'il le casse en deux pour prendre une prise de raquette classique. Ce «manège» plutôt complexe est finalement un rituel car techniquement il est difficile de concevoir que cela engendre une réelle efficacité. Enfin peut-être, vu à la vitesse où ce géant dégaine ses premières balles.

Mais résumer le jeu de Milos à son service, ce serait mal connaître le tennis, tant le garçon se donne toutes les chances pour devenir un ténor du circuit. Ceux qui parlent de lui en expliquant qu'il est soporifique, voire ennuyeux, devraient prendre le temps de s'attarder un peu plus sur ce jeune homme plein d'ambition, qui a surtout su se donner les moyens pour progresser.


Résumer le jeu de Milos à son service, ce serait mal connaître le tennis

Par le passé, Milos ne présentait pas un jeu complet, le slice ne faisait pas partie de sa palette technique, et quand on parvenait à la breaker, la messe était souvent dite. Aujourd'hui, tout cela est révolu. Avec les conseils avisés de Carlos Moya, le Canadien a maintenant appris à défendre, à glisser même. Il lit mieux le jeu, sent plus la balle, et comme il a toujours été un vrai athlète, son niveau de jeu moyen a augmenté.

Alors oui, sa « baby face » n'emballe pas encore les supporters mais avec le temps et quelques beaux succès, on va vite s'apercevoir que ce garçon est timide mais adorable. Que son ambition de devenir numéro 1 mondial comme il nous l'a dit pour la sortie de notre numéro 52 de GrandChelem reste un vrai objectif.

Il y a d'ailleurs quelque chose de Lendl chez lui dans ces détails de fou comme ce fameux protège dents, ou encore ce manchon terriblement absent lors de ce premier tour à Roland Garros face à Janko Tipsarevic.

Il y a donc du cerveau dans ce Canadien, beaucoup plus que l'on croit, de l'obstination aussi. Au tennis, plus qu'ailleurs, c'est une qualité qui souvent vous amène au bout. Je me souviens du sourire gêné de Lendl quand le réalisateur William Klein voulait filmer son dos nu dans son documentaire The French en 1981, et bien Milos Raonic c'est finalement un peu ça, rester discret, tracer sa route et un jour surement soulever un trophée en GrandChelem.

Et vous les puristes ne vous inquiétez pas ! Dans l'histoire, il y a eu bien pire, bien plus soporifique, et bien moins intéressant que ce jeune homme dont l'une des motivations principales est de pouvoir trouver la solution : "J'aime la compétition individuelle dans le cade d'un face-à-face. Il n'y pas d'intervention extérieure avec un coach ou un staff. Le joueur est seul sur le court. C'est le côté individuel qui prime ainsi que sa responsabilité. Tu dois trouver des réponses à un problème posé par ton adversaire. C'est passionnant d'être toujours à la recherche de nouvelles tactiques."

Tout est dit, bonne route Mr Raonic.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.