Le blog de la rédac' Tomic attaque Federer

Chaque jour, la Rédaction vous offre son coup de coeur ou son coup de gueule de l'Open d'Australie.

"J'adorerais affronter Roger Federer au troisième tour. Encore faut-il qu'il y soit."

Non, vous ne rêvez pas. Bernard Tomic a bien prononcé ces mots. L'Australien n'a pas le melon. Mais une pastèque à la place de la tête. Une pastèque. 'Faut dire qu'il en a les moyens. Bah oui, Nanard vient de remporter son tout premier titre au tournoi de Sydney, en battant, tenez-vous bien... Kevin Anderson, Andreas Seppi, Jarkko Nieminen, Florian Mayer et Marinko Matosevic. Impressionnant. Et puis, attention... Il s'est offert Novak Djokovic, numéro un mondial, en début de saison. Bon, c'était à la Hopman Cup, une exhibition. Bon, en 2012, sur le circuit, face à Djokovic, il a pris 6-2 6-3 et 6-3 6-3. Mais si, mais si, à 20 ans, il peut se targuer d'une sacrée expérience : 52 victoires sur le circuit ATP ! Franchement, pourquoi respecter Roger Federer, 878 succès en carrière au compteur, 17 trophées du Grand Chelem et 302 semaines passées à la place de numéro un ? D'autant que Bernard a quand même drôlement malmené le Suisse lors de leurs précédentes rencontres... Il y a un an, presque jour pour jour, à Melbourne, il s'inclinait face à Roger... 6-4 6-2 6-2. Ah oui, mince.

Alors, recontextualisons. Avant le début de l'Open d'Australie, Roger Federer a été interrogé sur une possible confrontation avec Bernard Tomic au troisième tour du Grand Chelem australien. Ce à quoi le numéro deux mondial a répondu : "Il ferait une erreur de penser à notre possible match du troisième tour, il faut déjà qu'il y soit. Nous devons l'atteindre tous les deux." Rajoutant que ce n'est pas parce que Tomic a réussi deux bonnes semaines qu'il sera classé dans le top 10 à la fin de la saison : "A mon avis, (au sujet de Tomic) nous devons y aller palier après palier et voir comment les choses se passent. Parlons en termes d'années. Tout le monde veut sauter de la 60ème place, son classement, au top 10 en un an. Mais c'est difficile à réaliser. La place de numéro 10 est très exigeante. N'oubliez pas l'actuelle qualité des joueurs du top 10."

Alors qu'il atterrissait à Melbourne, fraichement couronné de son titre à Sydney, Bernard Tomic a eu vent de ces mots du trentenaire helvète. Et ne les a pas appréciés. Le torse bombé, le visage haut et l’œil flambant d'indignation, il a paonné : "J'adorerais affronter Roger Federer au troisième tour. Encore faut-il qu'il y soit." Il se dit même qu'il aurait fait la roue - croyez-moi... ou pas. "Roger perdra peut-être avant et ne m'affrontera donc pas. On ne sait pas ce qu'il peut se passer, le tennis est un drôle de sport." Le tout avec un effort d'argumentation, excusez du peu : "J'ai battu Djokovic, numéro un mondial, donc je suis capable de tout." Imparable. Une victoire dans une épreuve de préparation comme la Hopman Cup... Référence. Sa rhétorique suscite l'admiration des plus grands - on m'a dit qu'Aristote a crié au génie du fin fond de sa tombe. Okay, Aristote n'a pas de tombe. Quand on sait que l'ami Nanard a affirmé dernièrement : "Je vais prouver que je vais être le meilleur joueur qui ait, un jour, pratiqué ce sport." Il ne doit pas connaître cette célèbre citation du penseur grec sus-nommé : "Qui peut le plus... peut le moins."

C'est mon coup de gueule du jour. On aimerait croire que Bernard Tomic s'est acheté une conduite durant l'intersaison. Mais, après ses déboires avec la police de son pays, ces histoires de bagarre dans un hôtel, son éviction de l'équipe australienne de Coupe Davis, il ne semble pas avoir bien progressé sur le plan de l'attitude. Un peu de retenue, un peu de respect, un peu de calme et de sérénité ne seraient pas de trop. Non ? Enfin, chacun ses conduites imbéciles. Peut-être cultive-t-il son image de bad boy. Peut-être. Ce n'est certainement pas la manière la plus intelligente de se construire un palmarès. Parlez-en à Roger, qui a fait, lui, l'effort de se calmer pour percer au plus haut niveau. Avec le succès qu'on connaît. Faible, quoi...

"Roger, mon amour", le livre événement sur Roger Federer, disponible ici !

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.