GrandChelem
Patrick Mouratoglou : "Nous avons un outil exceptionnel"


L'inauguration officielle de l'Académie Patrick Mouratoglou a eu lieu le lundi 19 septembre dernier, nous avions donc fait le point avec son fondateur pour l'édition du numéro 54 de Grand Chelem. Mais comme Patrick est passionné, nous n'avons pas pu mettre l'intégralité de ses réponses dans le mag qui sort ce lundi dans notre réseau. Voici donc l'interview en intégralité pour les fidèles lecteurs de Welovetennis.fr

Tu as démarré en Seine Saint Denis, tu es maintenant à Sophia, à Montreuil, il n'y avait rien de tout ce qui a été construit ici, quel est ton sentiment ?
« Avant Montreuil, l’Académie a même débuté à Colombes où je louais deux puis quatre terrains. Nous avons grandi année après année aussi en fonction du nombre de joueurs qui nous ont fait confiance. Un chiffre qui n’a jamais cessé de croitre. Nos besoins ont donc évolué et nous avons du nous adapter. Sophia-Antipolis représente la dernière étape, à savoir la réalisation du centre le plus moderne, le plus vaste d’Europe et qui intègre tous les besoins sur un même site : 34 courts de tennis dont 6 terrains équipés du système vidéo playsight, deux salles de fitness & musculation, un campus étudiant de 3500m2 avec école, hébergement, restaurants, un pro-shop spécialisé tennis, un hôtel Beachcomber entièrement rénové et 4 piscines (intérieures et extérieures). L’Académie Mouratoglou 2.0 est donc la continuité de notre activité et de notre évolution depuis 20 ans. »


Quel est l'objectif premier de l'Académie Patrick Mouratoglou à Sophia Antipolis ?
« Notre cœur d’activité est l’enseignement du tennis. Historiquement, nous sommes à la fois un centre de formation avec plus de 160 joueurs en tennis-études pour lesquels nous assurons l’entraînement et la scolarité mais aussi un organisme de stages pendant les vacances scolaires avec plus de 2 500 joueurs de tous âges et de tous niveaux. Tout au long de l’année de nombreux joueurs de haut niveau nous ont choisi comme base d’entraînement : Novak Djokovic, Serena Williams, Jeremy Chardy, David Goffin, Alize Cornet, Grigor Dimitrov, Anastasia Pavlyuchenkova, Yanina Wickmayer et d’autres. Cette nouvelle infrastructure est aussi devenue la terre de nombreux évènements en 2016 : tournois régionaux, nationaux et internationaux chez les jeunes (U12, U16), les adultes & vétérans (ITF seniors), ainsi que les championnats de France handisport en fin d’année. D’autres projets sont encore en phase de développement et verront le jour très prochainement. Enfin, grâce à notre hôtel, 4 étoiles sur site, nous organisons également des séminaires sportifs ainsi que des évènements pour le compte d’entreprises. Enfin, nous venons tout d’ouvrir « Le Country Club Mouratoglou » pour mettre en relation tous les amoureux de ce sport sur un même site quels que soient leur âge et leur niveau. »

À la soirée d'inauguration, on a vu des champions et des sportifs de haut-niveau, le but de l'académie est-il aussi de pouvoir accueillir des athlètes d'autres disciplines que le tennis ?

« Nous sommes évidemment ouverts à accueillir des sportifs issus d’autres disciplines car en plus d’être des passionnés de tennis nous sommes des fous de sport en général. La performance est notre moteur numéro 1 et nos infrastructures ont été pensées pour satisfaire les besoins de tous les sportifs quelle que soit leur discipline. D’ailleurs, notre structure s’y prête avec un terrain multisports, deux salles de fitness, une ligne de sprint de 80m, un centre médical équipé des dernières technologies et également un centre de récupération avec une cabine de cryothérapie, un caisson hyperbare, et des bains froids de différentes températures sans oublier des parcours de santé dans la forêt qui entoure notre complexe. »

Dans un des tes livres, tu expliques qu'un soir tu avais l'impression d'avoir été au bout d'un des tes objectifs et que cela te rendait presque triste, as-tu eu ce sentiment mardi matin quand tu t'es réveillé après cette grande fête ?
« Pas du tout ! à un moment, j’ai eu une forme de « gueule de bois » après les titres de Serena en Grand Chelem car j’en rêvais et j’avais dédié 20 ans de ma vie à cela. Il n’a pas été simple de se relancer et de trouver de nouveaux challenges. Mais avec l’énergie envoyée par tous ces jeunes qui veulent réussir et qui ont besoin de notre aide, on revient vite aux réalités du quotidien et le degré de motivation remonte instantanément. Par ailleurs, la nouvelle Académie n’est pas une finalité. C’est au contraire un point de départ vers de nouveaux horizons. Nous avons un outil exceptionnel, mais c’est à nous, qui tous les jours y travaillons, de faire toute la différence pour aller plus haut. »

On sait que l'académie fonctionne très bien avec des stages qui sont plébiscités, un internat qui affiche complet, as tu envie de sortir un joueur 100% Patrick Mouratoglou qui jouera les premiers rôles sur le circuit ?
« Bien sur cela fait partie des objectifs et si cela pouvait être un français, ce serait encore mieux ! Nous avons formé 3 champions du monde junior, disputé 15 finales de Grand Chelem Junior, amené plus de 40 joueurs dans le top 100, des top 30, top 20, top 10. J’aide Serena à remporter des titres du Grand Chelem et à marquer l’histoire de ce sport. Amener un jeune jusqu’à la première place mondiale est quelque chose qui manque encore à notre palmarès. Tant mieux ! Il reste des choses à accomplir ! »

Qu'est-ce que cela te fait de voir ton nom devenir presque une marque ?
« Je ne vois plus aujourd’hui mon nom mais uniquement une marque. Ca a commencé il y a 10 ans quand les gens me disaient qu’ils allaient à « Mouratoglou ». Ca m’a fait très bizarre. Ensuite, à force de l’entendre, on ne voit plus ce mot comme son nom. J’avais des difficultés au début avec ça. Je me souviens avoir fait un speech dans une société dans la finance. À la fin, un participant est venu me voir et m’a dit : « Vous n’avez pas cité votre marque une seule fois de tout le speech. Si ça vous gêne que la marque porte votre nom, alors changez de marque, sinon il faut la promouvoir. » Cela a créé un déclic chez moi. »

Si tu devais recommencer ton parcours dans le tennis, ferais-tu la même chose ?
« Je ne pense absolument pas que j’ai tout fait parfaitement, mais je suis là où j’ai voulu être. J’ai fait des erreurs parce que j’ai avancé, pris des décisions et assumé mes risques. Je ne regrette rien parce que j’ai toujours agi avec la conviction que c’était le bon choix au moment où les choses se sont présentées. Je dois accepter mes erreurs car c’est elles qui m’ont permis de progresser. J’ai quand même l’impression d’avoir directement ou indirectement aidé de nombreux joueurs à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés et c’est quelque chose d’extrêmement gratifiant. Aujourd’hui, j’ai encore des rêves et c’est cela qui me donne envie de continuer et d’avancer dans la même direction. »


Retrouvez gratuitement et en intégralité le numéro 54, le dernier numéro de notre magazine GrandChelem... Bonne lecture !
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.