AccueilActuAmos Mansdorf, Dudi Sela et David

Amos Mansdorf, Dudi Sela et David

-

Le match Israël‐Russie, c’est l’his­toire de David contre Goliath. Le géant russe se rend à Tel‐Aviv pour les quarts de finale de la Coupe Davis. La seule présence des Israéliens à ce stade de la compé­ti­tion remonte à 1987. Cette année là, un certain Amos Mansdorf et ses équi­piers étaient allés battre la Tchécoslovaquie de Miloslav Mecir et Karel Novacek. Mais les bergers de cette Coupe Davis espèrent une autre sortie qu’il y a 22 ans, où ils avaient été battus 4–0 par l’Inde sans gagner le moindre set.

Vainqueur de Bercy en battant Brad Gilbert en finale en 1988, Amos Mansdorf, ancien 18e joueur mondial, est bien connu des Français, vain­queurs d’Israël au premier tour de leur campagne victo­rieuse en 1991. Le natif de Tel Aviv a tenu à bout de bras son pays pendant des années jusqu’à sa retraite en 1994 et une descente aux enfers jusqu’au groupe 2 de la zone Europe‐Afrique en l’an 2000. Deux années de purga­toire avant la lente remontée jusqu’à l’élite du tennis mondial, et une stag­na­tion dans le groupe 1 de la zone Europe‐Afrique avant le grand exploit face au Chili en 2007, où Dudi Sela a battu Nicolas Massu et Fernando Gonzalez, alors membre des dix meilleurs joueurs du monde.

Huitième de fina­liste à Wimbledon, Sela, accom­pagné par l’ex­pé­ri­menté Harel Levy, est le succes­seur tout désigné de Mansdorf. Le 33e joueur mondial, son meilleur clas­se­ment, sera une nouvelle fois le leader de cette équipe, lui qui a gagné 10 des 12 derniers matchs qu’il a joué dans la compé­ti­tion créée par Dwight Davis, dont les derniers en Suède et en cinq sets. Lors de Roland Garros, Jean‐Philippe Bernard, l’agent de Marcos Baghdatis, avait déjà pointé du doigt ce jeune homme de 24 ans pour WLT : « Vous devriez vous inté­resser aussi à l’autre joueur de mon team Dudi Sela, ce mec a un talent fou, et je vous l’an­nonce on va entendre parler de lui. C’est un phéno­mène, aussi charis­ma­tique que Marcos, et il y a une belle histoire à raconter sur son parcours », avait ajouté son agent. Le leader israé­lite compte conti­nuer le sien avec ses compa­triotes en Coupe Davis.

Pour cela, Israël devra égale­ment compter sur son double composé d’Andy Ram et de Jonathan Erlich, tous deux anciens 5e mondiaux en double, et duo le plus proli­fique de leur pays, avec 10 victoires pour 3 défaites. Un point que les Russes n’au­ront pas forcé­ment préparé, la paire Safin‐Kunitsyn étant inédite, mais on peut compter sur de fortes indi­vi­dua­lités comme Igor Andreev, Mikhail Youznhy, sans oublier la réus­site de Marat Safin dans cette compé­ti­tion aussi bien en simple qu’en double, et la science de Shamil Tarpischev, dont les choix ont souvent été surpre­nants, mais payants.

Israël devra faire face à tous ces géants et compte bien sur Dudi Sela pour être la pous­sière dans l’oeil russe, avant de leur jeter la dernière pierre au visage, et se quali­fier pour leur première demi‐finale de la Coupe…David.

Article précé­dentBeck, un baptême de feu
Article suivantMonfils repousse son retour
Instagram
Twitter