AccueilBartoli revient de l’enfer
Array

Bartoli revient de l’enfer

-

Dans un match au final abso­lu­ment épous­tou­flant, Marion Bartoli a fini par remporter son premier tour face à la vaillante Olga Govortsova. Un match en trois manches 7–6(8) 4–6 7–5 et plus de 3h15 de jeu (!) qui on l’es­père ne lais­sera pas trop de traces physi­que­ment pour Marion et la suite de son tournoi…

Marion Bartoli continue de se cher­cher et ça se voit. Encore en pleines tribu­la­tions par rapport au choix de son futur coach, aux récentes décla­ra­tions de son père dans L’Equipe et marquée par son élimi­na­tion au premier tour à Strasbourg, elle doute. Pourtant, le match face à Olga Govortsova semblait être le meilleur des moyens pour se remettre dans le bain. Sa dernière confron­ta­tion face à la joueuse biélo­russe à Roland en 2011 s’était soldée par une victoire. Mais à l’image de ce que repré­sente Marion ces derniers temps, tout match est un combat.

Dans une première manche très accro­chée, Bartoli a soufflé le chaud et le froid. En perdant son service dès le départ déjà. Aïe, Marion n’est pas encore dans le coup, on a peur. Elle réussit tout de même à débreaker pour revenir à 2–2 avant de s’égarer de nouveau. Toute l’es­sence du match est là : plus qu’un combat entre Marion et une adver­saire coriace, c’est un combat inté­rieur qu’elle livre. Dans une succes­sion de mises en jeu perdues et de services repris, elle se faufile jusqu’au tie‐break où elle sort vain­queur aux forceps du premier set. Le déclic ? Pas sûr… Le deuxième set commence sur des bases simi­laires mais c’est plus serré. Govortsova prend sa chance et finit par breaker au meilleur moment Marion pour égaliser. On aura droit à une dernière manche. Mais quelle manche…

La numéro 1 fran­çaise a décidé de prendre le set par le bon bout. BAM, elle break d’en­trée. Elle veut faire mal. Mais Govortsova reste concen­trée. Elle reprend son service et pire encore, elle finit par breaker pour mener 5–3, service à suivre… C’est là que nous avons peut‐être retrouvé notre Marion. Olga cale, la pres­sion est forte par consé­quent, la Française en profite : deux balles de match sauvées et un débreak plus tard, elle égalise et break la Biélorusse. S’ensuit alors un jeu d’une tension insou­te­nable. Marion se voit refuser quatre balles de match par la Biélorusse. Et puis la déli­vrance : un service impec­cable qui permet à Marion d’at­teindre ce second tour contre Duque‐Marino. 7–6(8) 4–6 7–5. Un retour des enfers qui confirme une chose : on aime Roland. Pas vous ?

Instagram
Twitter