AccueilBarty première
Array

Barty première

-

C’était une affiche plus qu’i­né­dite dans cette finale, dont on voyait mal se dégager une grande favo­rite. Mais Ashleigh Barty a fait respecter la hiérar­chie en s’im­po­sant faci­le­ment 6–1, 6–3 en seule­ment 1h10 de jeu. Elle qui n’avait jamais passé les quarts de finale en Grand Chelem, remporte son premier tournoi majeur.

On le savait, les deux fina­listes de cette année n’ont pas l’ha­bi­tude d’évo­luer à un tel niveau. Et cela s’est vu, notam­ment chez la Tchèque, 38e mondiale, qui n’a jamais semblé capable de faire abstrac­tion de l’enjeu. Stressée, elle rentrait très mal dans son match perdant rapi­de­ment quatre jeux à zéro, commet­tant trop de fautes directes sans parvenir à décrisper son bras. Même si elle parve­nait à prendre une fois le service de l’Australienne, elle ne pouvait que s’in­cliner six jeux à un en seule­ment 30 minutes. Sur un court Philippe‐Chatrier circons­pect, la deuxième manche prenait la même tour­nure. La Tchèque perdait d’en­trée son service et l’Australienne n’a eu qu’a dérouler son jeu jusqu’à six jeux à trois, prenant une nouvelle fois le service de son adversaire.

En commet­tant 21 fautes directes pour seule­ment 10 coups gagnants, la Tchèque n’avait pas le niveau pour exister dans cette finale. L’Australienne, à l’image de son tournoi, a su en profiter et tenir son rang, en étant solide sur ses fonda­men­taux, le service et le jeu vers l’avant. Cette finale sans suspense et d’un niveau faible (il a fallu attendre 23 minutes pour voir un coup gagnant) ne restera pas dans l’Histoire du tournoi, à l’image de cette quin­zaine qui ne nous aura que trop rare­ment offert de quoi vibrer. Qu’importe pour Ashleigh Barty qui remporte à 23 ans son premier titre en Grand Chelem. Celle qui devient la première Australienne a remporté Roland‐Garros depuis Margaret Court en 1973, deviendra numéro deux mondiale dès lundi.