AccueilBouchard est déjà une patronne !
Array

Bouchard est déjà une patronne !

-

Eugenie Bouchard réussit une superbe performance en quarts de finale de Roland Garros : la Canadienne élimine Carla Suarez Navarro 7–6(4) 2–6 7–5, en 2h22. Elle affrontera Maria Sharapova en demie.

Mais c’est qu’elle est bluf­fante, cette petite ! Eugenie Bouchard a bien tenu ses nerfs à l’heure de se quali­fier pour les demi‐finales de Roland Garros. Face à Carla Suarez Navarro, la Canadienne a alterné le bon et le moins bon, mais a surtout été capable de serrer la vis en fin de match. Du haut de ses 21 ans, elle a fait montre d’une matu­rité éton­nante, et d’une téna­cité tout aussi impres­sion­nante. D’abord dépassée par une Suarez Navarro de bon niveau, elle a su revenir après avoir été menée 5–2 dans le premier set, avant d’empocher ce premier exer­cice. Dans le deuxième, c’est CSN qui a fait le jeu, très complète, très alerte, très mobile. Pas du tout gênée par la longueur des balles de Bouchard, l’Espagnole s’amuse avec les angles et les glis­sades. Résultat : un partout, balle au centre, et une « Genie » qui commence à se frus­trer et à commettre des fautes.

Bouchard, de la longueur ; CSN, des angles…

Une dyna­mique qui se confirme dans la troi­sième manche : Suarez Navarro s’en­vole à quatre jeux à deux… Oui, mais voilà. Bouchard a du talent. Elle s’ac­croche comme un roquet à son os et ne lâche aucun point. Petit à petit, elle retrouve une frappe de balle ultra‐efficace. Et refait son retard, envoyant des cachous en revers avec un relâ­che­ment désar­mant. C’est le money time. Le moment où les grandes se dévoilent. Où les masques tombent, où les destins se nouent. Celui d’Eugénie, sans nul doute, est d’être une cham­pionne. Elle ne tremble pas, breake à 5–5 et conclut en patronne, 7–6(4) 2–6 7–5, en 2h22.

46 points gagnants pour Bouchard

Avec 46 points gagnants et 38 fautes directes, Eugénie Bouchard réalise une belle perfor­mance, pas toujours constante, mais vrai­ment sédui­sante. La voilà en demi‐finale d’un Grand Chelem pour la deuxième fois de sa carrière, et la deuxième de l’année après Melbourne. Et, pour­tant, la « p’tiote » n’en est qu’à son cinquième majeur… Cela vous pose une progres­sion. Mais c’est un chal­lenge encore plus grand qui l’at­tend puis­qu’elle défiera Maria Sharapova jeudi, sur le Central. Sharapova, celle à qui on la compare régu­liè­re­ment, la faute à un certain physique, un côté bankable et une préco­cité. Une Sharapova pas vrai­ment convain­cante aujourd’hui, vain­queur du titre en 2012, qui reste favo­rite de par son expé­rience. Une Sharapova qu’elle tentera de renverser. Comme un passage de témoin.

    1. Pour Guillermo Garcia‐Lopez, Gaël Monfils peut gagner un Grand Chelem. Pourquoi pas Roland Garros ?

    2. C’est l’in­ter­ro­ga­tion : Federer commencerait‐il à en avoir marre ?

    3. Le sondage de Roland Garros : à mi‐parcours, qui va l’emporter ? Djokovic ? Nadal ? Sharapova ? Une surprise ?