AccueilC'est l'exploit du jour, il est signé Razzano
Array

C’est l’exploit du jour, il est signé Razzano

-

Enorme exploit sur le Philippe Chatrier ce soir : Virginie Razzano élimine la favo­rite Serena Williams en trois sets, 6–4 7–6[5] 6–3 en plus de trois heures de match. C’est la première fois que l’Américaine perd au premier tour d’un Grand Chelem.

C’était la première fois que les deux joueuses se rencon­traient sur un court. Sur le papier, on ne donnait pas cher de Virginie Razzano face à Serena Williams, favo­rite pour la victoire finale. Pourtant, dès le début du match, la Française break l’Américaine. Un break enchainé par un débreak, puis un nouveau break de Virgine, qui mène alors 2–1, profi­tant d!une Américaine passant à côté de ses mises en jeu, tour­nant à 47% de premières balles. A 4–3, sous pres­sion, Razzano sauve trois balles d’un nouveau débreak mais ne peut empêher l’Américaine de recoller au score. Tranquillement et sans dominer, Serena Williams parvient fina­le­ment à s’emparer du set sur un ultime break. Mais on sent que la Française peut tenter sa chance.

Lors de cette seconde manche, les deux joueuses parviennent à se procurer des occa­sions sur le service adver­saire, sans pour autant faire le break. Le tie‐break dépar­tage alors logi­que­ment les deux joueuses. Et à l’ex­pé­rience, avec des frappes puis­santes et précises, l’Américaine mène 5–1 et va droit vers une victoire. Seulement voilà , portée par le public du Central, Virginie s’ac­croche, aligne trois points et s’ad­juge fina­le­ment ce set, méritée au vue de ses efforts. Des efforts qui se ressentent sur le physique de la Française, qui commence à pousser des « aïe » en se tenant la cuisse. De son côté, complè­te­ment débous­solée, Serena verse quelques larmes.

Surmotivée, Razzano enchaine avec un jeu blanc et deux autres breaks ! Fringante, au delà  de la douleur, la Française fait déjouer Serena, joue juste et frappe coups gagnants sur coups gagnants. L’Américaine est dépassée, Virginie est sur un nuage et mène 5–0. Williams débloque son comp­teur dans ce set, et break dans la foulée. A 5–3, et après des faits de jeu assez peu habi­tuels, c’est alors un jeu complè­te­ment fou qui commence. Suspens, efforts physiques, c’est ungrand combat mental qui se joue sur le Central. Un jeu de plus de 28 minutes, où Virginie écarte balles de break, prend l’avan­tage mais a besoin de huit balles de match pour fina­le­ment s’im­poser. Et sur un point non annoncé par le juge de ligne, dans un premier temps, puis fina­le­ment confirmé OUT par la juge arbitre, Razzano lève les bras en signe de victoire. Une arbitre qui n’a pour­tant pas été tendre avec la Française, et même sifflée à  la fin de la rencontre. Un match complèment fou, un dernier jeu qui restera dans la légende, pour un résultat fantas­tique. Bravo Virginie !