AccueilActuDidier Ailloud :  » Le lobby améri­cain a imposé les surfaces dures comme…

Didier Ailloud :  » Le lobby américain a imposé les surfaces dures comme la meilleure solution »

-

Le lobby améri­cain a imposé les surfaces dures comme la meilleure solutionResponsable du Marché des sports de raquette chez Gerflor qui équipe notam­ment le Masters series de Bercy, Didier Ailloud est au coeur des problé­ma­tiques liées à la montée en puis­sance des surfaces dures sur la planète tennis.

Est‐il vrai qu’aucun critère d’amortissement minimum n’est soit défini pour un court de tennis ?

En effet, le tennis est la seule disci­pline où aucun critère d’amor­tis­se­ment n’est rendu obli­ga­toire pour la fabri­ca­tion d’un court. Cette anomalie est en passe d’être corrigée car la FIT aime­rait à terme définir des critères très précis.Je pense que c’est une très bonne chose.

Faut‐il comme certains le disent afficher un panneau sur les courts en dur avec la mention « Peut nuire gravement à votre santé ».

Je ne sais pas, mais il est certain que les lobbys améri­cains ont bien travaillé notam­ment sur les circuits profes­sion­nels où il y a eu une vraie montée en puis­sance des surfaces dures.

Les joueurs vous ont‐ils parlé du problème lié aux surfaces ?

Bien sûr, et on est très attentif à leurs témoi­gnages. Il est certain que de passer à une surface comme une résine à la terre battue ce n’est pas simple. C’est pareil pour l’in­door où nous sommes bien présents. À chaque fois cela crée bien sur des traumatismes.

La terre battue est considérée comme la meilleure surface du monde, avez‐vous tenté de parvenir à vous approcher de cette qualité ?

Bien sûr, et c’est un vrai chal­lenge. Mais la terre battue garde des qualités natu­relles presque inéga­lables. Je pense à la glis­sance notamment.

Instagram
Twitter