AccueilDjokovic nous inquiète
Array

Djokovic nous inquiète

-

Forfait cette semaine à Madrid, Nole arri­vera Porte d’Auteuil sans avoir convaincu cette saison, et dans une condi­tion physique incer­taine suite à ses aller­gies récur­rentes. Pourtant, il a fait de Roland Garros l’un de ses objec­tifs prin­ci­paux.

« La suite dépend de combien de temps vont durer ces aller­gies. Quand vous avez ce genre de problème, la guérison passe par du repos, pas d’effort physique. Je verrais la semaine prochaine, mais le plus impor­tant pour moi est de jouer à Roland Garros et Wimbledon ». C’est ainsi que Novak Djokovic s’exprimait sur son site offi­ciel, après son abandon à Belgrade. Celui‐ci a surpris, compte tenu de l’importance que le Serbe accor­dait à ce tournoi, orga­nisé par sa famille. Et le début de saison du Serbe n’est pas fait pour rassurer : quart à l’Open d’Australie et Rome, huitièmes à Indian Wells, et élimi­na­tion dès son entrée en lice face à Rochus à Miami,… Seule sa victoire à Dubaï a enrichi le palmarès de Novak cette année. Cette semaine à Madrid, il a du déclarer forfait, et risque donc de tomber à la 3ème place mondiale (ndlr : dans le cas où Nadal se hisse­rait jusqu’en finale à Madrid). Un glis­se­ment certes symbo­lique mais qui corres­pond bien à la baisse de régime de « Nole ». 

« Il y a encore des choses que je veux réaliser, notam­ment à Roland Garros. Roland Garros, c’est ma plus grande prio­rité ». Ces propos tenus par le Serbe dans le numéro 18 de Grand Chelem à venir, illustre bien sa déter­mi­na­tion à réussir Porte d’Auteuil. Mais en aura‐t‐il les moyens cette année ? S’il a été loin du ridi­cule à Monte Carlo et Rome, seule­ment vaincu par un Verdasco en grande forme, il manque au Serbe une grosse perfor­mance sur terre battue cette saison. Une perfor­mance qu’il avait réalisée en demi‐finale à Madrid en 2009, malgré la défaite face à Nadal (3–6, 7–6, 7–6). Pourtant, le Serbe nous a confié avoir eu du mal à digérer : « Je ne pense pas que cette rencontre de Madrid ait été une bonne chose. On n’a pas récu­péré à 100%, menta­le­ment comme physi­que­ment. Je sais que j’ai porté cette frus­tra­tion mentale les 2–3 mois qui ont suivis ». Une frus­tra­tion peut‐être pas étran­gère à son échec dès le 3ème tour de Roland Garros.

Malgré tout, Djoko avait réalisé une saison 2009 remar­quable. Il avait notam­ment atteint la finale de dix tour­nois, sortant vain­queur une fois sur deux. Surtout, son niveau de jeu était supé­rieur à celui de 2010, et son service ne créait pas encore la polé­mique : « Pas mal de choses me passent par la tête quand vient le moment de servir. Mais je pense qu’à un moment tout le monde est confronté à ce genre de crises, et j’es­saie de la surmonter sur un plan mental et technique ».

Quelles peuvent être alors les réelles ambi­tions de Djokovic à Roland Garros ? Cela dépendra d’abord de l’évolution de ses aller­gies. Mais si celles‐ci le laissent tran­quille, Novak pour­rait avoir une carte à jouer, caché sous le costume d’outsider. Il nous lâche d’ailleurs un indice lorsqu’il évoque le retour au premier plan de Nadal : « Quand vous revenez de bles­sure, vous êtes extrê­me­ment motivés parce que vous avez accu­mulé énor­mé­ment de frus­tra­tion en étant au repos forcé ». A lui de s’en servir s’il veut réaliser un retour gagnant, comme l’Espagnol l’a fait avant lui.

Article précédentMelzer a souffert
Article suivantVerdasco égérie d’Adidas