Accueil Djokovic : "Une défaite qui fait mal..."
Array

Djokovic : « Une défaite qui fait mal… »

-

Applaudi par la presse à son entrée dans la salle de conférence, Novak Djokovic s’est livré avec humilité et sincérité. Ne se cherchant pas d’excuses, le Serbe a tout simplement reconnu la supériorité de Stan Wawrinka ce dimanche. L’interview du numéro 1 mondial.

Vous avez reçu une belle ovation du public lors de la cérémonie finale. Cela vous touche ?
Je respecte et savoure le soutien que les gens m’ont montré à la fin. C’était un peu comme l’an passé, lors de la cérémonie de remise des prix, ils m’avaient aussi assez longuement applaudi. Clairement, ça me donne encore plus de motivation pour revenir et pour essayer encore de remporter ce titre. Je les remercie donc vraiment pour ça. Ce n’était pas facile de vivre cette cérémonie en tant que finaliste une nouvelle fois. Mais voilà, j’ai perdu contre un meilleur joueur aujourd’hui, un joueur qui a joué un tennis courageux.

On a l’impression que le match a basculé dans le 2e set…
Je tenais le coup dans le 2e set, je sauvais des balles de break. Mais il était le meilleur joueur, il a gagné cette manche et il le méritait. C’est comme dans les 3e et 4e sets d’ailleurs. C’est vrai qu’à 3-0 dans le 4e, j’aurais pu emballer le match et aller chercher un 5e. Mais je n’ai pas su le faire. J’aurais sans doute pu mieux jouer parfois, mais voilà, il a pris ses chances quand il les a eues. Il a joué un tennis très tactique plus les bons coups aux bons moments. Comme sur la balle de match où il réussit ce revers long de ligne… Tout ce que je peux dire c’est : « Bravo, bien joué, tu le mérites. »

Est-ce que le fait d’avoir joué votre demi-finale sur deux jours vous a pénalisé aujourd’hui ?
Oui c’était dur de revenir finir ce match hier, mais j’étais préparé à cela. Et surtout, je ne veux pas commencer à me chercher des excuses. Ce n’est pas fairplay de s’asseoir ici et de me plaindre de ça. Bien sûr, cette demie m’a bcp demandé tant physiquement que mentalement. Mais aujourd’hui, je me sentais tout de même frais, en tout cas autant que possible. J’étais prêt à livrer un combat. Bien sûr, à certains moments, j’ai senti que je manquais un peu d’explosivité mais au bout du compte, c’était Stan le meilleur joueur sur le court. Il n’y a pas à se chercher d’excuse.

Parlez-nous un peu des émotions qui vous avez ressenties aujourd’hui…
Il y avait beaucoup d’émotions, évidemment. Encore une fois, j’étais proche. Mais je sais aussi que Stan est un joueur exceptionnel quand on lui laisse la possibilité de dicter le jeu. Et à partir du moment où il a gagné le 2e set, il s’est senti plus confiant. J’ai essayé de revenir, de me battre et ce jusqu’au dernier point, jusqu’à la dernière balle. Mais ce n’était pas mon jour. (…) Bien sûr, j’étais un peu plus nerveux que dans d’autres matchs, c’est une finale de Roland Garros, on connaît l’importance du moment. Mais au moins, je suis fier du combat que j’ai livré. J’ai vraiment tout tenté. Cela n’a pas suffi.

A quel point cette défaite vous fait-elle mal, sachant que vous aviez enfin battu Nadal ici ?
Oui, c’est une défaite qui fait mal, encore plus parce que c’est une finale. J’avais fait une super saison sur terre battue, un super Roland Garros jusque là. Je m’étais vraiment mis en position de gagner, je menais un set à zéro aujourd’hui, j’étais vraiment dans le match. Tactiquement, j’essayais de mettre en place ce que j’avais prévu. Mais il a trouvé une solution. Voilà, c’est le sport. Je dois l’accepter.

L’an passé, vous aviez réussi à rebondir à Wimbledon. Pensez-vous qu’il sera difficile d’en faire autant cette année ?
Non non, ce sera très facile d’aller là-bas et de gagner le trophée ! (Rires) Bien sûr que ce sera dur. Mais je n’ai pas envie de parler de Wimbledon maintenant. Pour l’heure, mon esprit n’y est vraiment pas. Je sors juste du court et j’ai besoin de repos.

De votre envoyée spéciale à Roland Garros

Article précédentNadal ou un Suisse
Article suivantWawrinka, le sixième
Instagram
Twitter