AccueilFederer : "Ils ne m'ont pas encore mis dehor"
Array

Federer : « Ils ne m’ont pas encore mis dehor »

-

Roger Federer est toujours aussi cool dans son habit de magi­cien et génie du tennis. En plus en confé­rence de presse, le Suisse fait toujours le job.

Sur le fait qu’il va jouer trois fois de suite des joueurs qu’il ne connais­sait pas…

« C’est vrai que cela est rare, après Sonego je l’avais vu jouer et quelques vidéos. Otte, je ne savais rien et Ruud au prochain tour, j’en ai entendu parler. Je sais d’ailleurs que c’est un bon joueur. Quand on est qualifié pour le troi­sième tour d’un tournoi du Grand Chelem, ce n’est jamais par hasard. Je m’at­tends donc à un match diffi­cile. Mais pour répondre à votre ques­tion, cela prouve que les temps changent, qu’il y a des nouveaux qui arrivent. Mais bon, ils ne m’ont pas encore mis dehors, je m’ac­croche (rires). »

Sur ce qu’il faisait pendant ces trois ans d’ab­sence pendant le tournoi…

« Je vais être honnête quand je ne suis pas dans le tournoi, je regarde rare­ment des matchs. En plus avec les quatre enfants qui courent partout c’est compliqué. D’autant que pour bien suivre une rencontre, il faut quand même être pour quel­qu’un, autre­ment cela n’a pas vrai­ment d’in­térêt. L’an dernier, je me souviens que j’ai eu dix minutes pour moi, et que j’ai vu la fin de Cecchinato contre Djokovic car je savais qu’il était en diffi­culté. C’est tout ce que j’ai vu en trois ans, le reste j’en sais rien. Ah si, Rafa l’a emporté chaque fois (rires). »

Sur la foule qui le suit dans le stade quand il arrive au centre de presse…

« Depuis que je suis ici c’est incroyable. Aujourd’hui (lire ce mercredi) le stade a quand même chanté mon prénom alors que l’on est au deuxième tour. Toutes ses atten­tions me touchent énor­mé­ment. Je comprends mieux comment mon absence a été diffi­cile à accepter. Cela me rend vrai­ment heureux. Et cela va me permettre de donner le meilleur de moi‐même sur chaque match. C’est un soutien incroyable et je me dois d’être à 100%, de ne rien lâcher et je ne veux pas les décevoir. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros