AccueilFederer : "J'étais un peu tendu"
Array

Federer : « J’étais un peu tendu »

-

En confé­rence de presse, Roger Federer a indiqué qu’il avait été assez tendu tout au long de son match du jour contre l’Argentin Schwartzmann. Le Suisse explique pour­quoi et se projette égale­ment sur son prochain match contre Dmitry Tursunov.

Comment vous êtes‐vous senti aujourd’hui sur le court ?

Un peu tendu. J’aurais aimé jouer un peu plus libéré. Mais bon, j’ai tout de même bien servi et plutôt bien joué avec mon coup droit. J’aurai un adver­saire très diffé­rent au prochain tour et les condi­tions seront diffé­rentes aussi.

Pourquoi n’avez‐vous pas réussi à vous décontracter ?

C’était surtout lié à mon adver­saire qui a su me mettre une bonne pres­sion et puis peut‐être aussi le temps. Voir la pluie arriver et partir comme cela… Voilà, même si j’ai bien tenu mes jeux de service et que j’avais l’as­cen­dant, je ne me suis jamais complè­te­ment relâché. D’un côté, c’est bien aussi de jouer comme si tu affron­tais une balle de break à chaque point. Même si ça pompe plus d’énergie, ça ne fait jamais de mal d’avoir des moments diffi­ciles sur le court. Mais bon, le score ne le montre pas.

Physiquement, comment tu te sens ?

Je ne me pose pas de ques­tions, je suis en bonne santé. Les deux premiers tours se sont bien passés. Je ne perds pas d’énergie, en plus j’ai eu deux jours de congés, après mon premier match… Tout va bien.

Un mot sur votre prochain adver­saire, Dmitry Tursunov ?

Tursunov est un adver­saire tota­le­ment diffé­rent de celui que j’ai eu aujourd’hui. Je sais qu’il va plus tenter, avec son service, avec son coup droit. On s’était joué à Indian Wells, le match avait été diffi­cile. Mais la bonne chose, c’est que je le connais. Schwartzman, je n’avais aucune idée sur son niveau, et je pense que c’est aussi ça qui m’a gardé sous tension aujourd’hui.

Quelles seront les clés contre lui ?

Je ne crois pas l’avoir déjà joué sur terre battue. Je pense que, vu son profil, il faudra aborder ce match dans l’idée de jouer comme sur dur et utiliser les glis­sades que lorsque j’en aurai vrai­ment besoin, c’est‐à‐dire sur des amor­ties, ou des grandes défenses. Mais sinon, il faudra essayer de jouer vers l’avant. On va voir aussi quelle tactique il adopte car il est aussi capable de jouer plus loin. Dans l’en­semble, il faudra que je varie mes coups et que j’im­pose mon jeu.

De votre envoyée spéciale à Roland Garros