AccueilFederer : "La situation ne devrait jamais arriver !"
Array

Federer : « La situation ne devrait jamais arriver ! »

-

Agacé. Roger Federer n’a pas du tout apprécié qu’un jeune supporter se soit intro­duit sur le court à la fin de son match pour prendre un selfie. Le Suisse espère une prise de conscience rapide comme il l’ex­plique en confé­rence de presse.

Roger, comment avez‐vous réagi lorsque l’enfant est entré sur le court en fin de match ?

« La situa­tion ne devrait jamais arriver sur le court Philippe‐Chatrier à Roland‐Garros. C’est déjà arrivé hier (lire ce samedi) à l’entraînement. Un à cinq enfants sont arrivés sur le court et personne n’a réagi. Je peux parler pour moi‐même, mais je pense que pour tous les joueurs, c’est très impor­tant que tu te sentes en sécu­rité sur le court de tennis. Cela m’est arrivé deux fois en deux jours, en 2009 aussi (lors de la finale). La réac­tion doit être plus rapide, car cela ne devrait jamais arriver. Je ne parle pas que de Roland‐Garros, mais le focus est ici pour le moment. Il y a telle­ment de joueurs, de fans… Il faut réagir très vite main­te­nant, comme pour tous les tour­nois du circuit. C’est primor­dial que le secteur de la sécu­rité soit bien éduqué et sache ce qu’il fait. Etre là juste en costard et cravate ne suffit pas. Ce n’est pas marrant. Le tournoi s’est excusé, et je l’apprécie. J’aimerais voir la suite désormais. »

Pour parler de la rencontre, on dit cette année que la terre battue est lente…

« C’est vrai qu’il faut ajuster son jeu par rapport aux semaines précé­dentes. Les balles sont diffé­rentes. C’est le chan­ge­ment prin­cipal. Sur terre, le jeu est diffé­rent de toute façon. C’est pour cela qu’il faut ajuster ses coups, notam­ment à Rome ou à Madrid, où c’était plus rapide. En tout cas, c’est ce qu’on fait toujours au cours de nos carrières. Ici, par rapport aux six semaines écou­lées, les balles, les courts sont diffé­rents. Il faut s’adapter. Gagner ce premier match, c’est bien. J’ai beau­coup frappé la balle aujourd’hui. J’espère qu’au fil du tournoi, je vais conti­nuer à m’améliorer. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros