AccueilFederer : "Le match parfait"
Array

Federer : « Le match parfait »

-

Roger Federer revient sur son succès en trois sets (6/1 63 63) face à Stanislas Wawrinka en quarts de finale de l’Open d’Australie.

Victoire très impres­sion­nante aujourd’hui. Qu’est‐ce qui vous a plu dans ce match ?

Ce qui m’a plu ? Que c’est une victoire (sourire) ! Plus sérieu­se­ment, je crois que c’était vrai­ment un bon match pour moi. J’ai bien débuté, j’ai réussi à très bien servir et retourner. Pour ce qui est du retour, je ne m’at­ten­dais pas à avoir cette qualité parce que la dernière fois qu’on s’est affrontés, il a eu plein de points gratuits grâce à son service, comme face à Monfils et Roddick d’ailleurs. Je m’at­ten­dais à ce qu’il serve plus fort étant donné les condi­tions de jeu plus rapides. Mais pour plusieurs raisons, j’ai réussi à bien le relancer. Sur mes propres jeux de service, j’ai égale­ment été très bon. Ces éléments donnent vrai­ment le ton d’un bon match pour moi. Finalement, j’ai bien servi, bien retourné et joué agressif : c’était le match parfait. 

Est‐ce que la perfor­mance de Stan vous a un peu déçu en tant que Suisse et donc compatriote ?
Uhm, non. Je veux dire, j’ai joué très diffé­rem­ment aujourd’hui par rapport à ce que Roddick ou Monfils avaient fait. Il est clair que ce n’est pas un match facile pour lui non plus. J’ai été telle­ment de fois en quarts de finale, j’ai connu cette situa­tion si souvent que j’ai l’ex­pé­rience et égale­ment le jeu pour lui compli­quer sérieu­se­ment les choses.
Et puis, quand le premier set est expé­ditif comme c’était le cas aujourd’hui, il est un petit peu sous pres­sion à l’en­tame du second. Il a d’ailleurs joué un bon deuxième set où il a obtenu sa première balle de break. Mais il ne l’a pas faite. Et c’est moi qui ai breaké derrière. Et c’est passé à deux sets zéro. 

Ce n’était pas un match évident pour lui. Mais les choses ont été plus dures que le score ne l’in­dique. C’était vrai­ment un match loin d’être facile. Mais j’ai réussi à bien varier et le main­tenir sous pression.