Accueil Federer main­tient le cap
Array

Federer maintient le cap

-

Roger Federer n’a pas lâché le moindre set depuis le début de la quin­zaine, et s’é­co­no­mise par rap­port à son par­cours l’an der­nier. Stanislas Wawrinka n’au­ra pas su le pous­ser dans ses retran­che­ments. Victoire de l’in­con­tes­table numé­ro un suisse, 6–3 7–6 6–2.

Roger Federer et Stanislas Wawrinka, amis dans la vie, pro­met­taient de ne pas se faire de cadeaux sur le court. Mais plus facile à dire qu’à faire pour Wawrinka, qui n’a pas pu faire grand‐chose face à un Roger qui a par­fai­te­ment géré le match, comme sa pre­mière semaine sans nuages.

Dans le pre­mier set, Federer a rapi­de­ment brea­ké Wawrinka pour conclure sur le ser­vice du Suisse et ain­si avoir l’a­van­tage de ser­vir en pre­mier dans la deuxième manche. Facile, un peu trop même puisque Federer a vu Wawrinka se rebif­fer de belle manière dans la deuxième manche. Federer sert moins bien, son adver­saire prend le break et passe de plus en plus de pre­mières, dont les lon­gueurs gênent le n°1 mon­dial. Mais contre Federer, pas le droit à l’er­reur. Un coup de mou pour Wawrinka, et le tenant du titre refait son retard. La tête de série n°20 a tout don­né pour ten­ter un mini‐break, mais Roger a tenu et le cou­pe­ret n’a pas tar­dé à tom­ber : Federer enchaîne trois jeux. Wawrinka a le mérite de s’ac­cro­cher mais ne peut s’empêcher un tie‐break où le sang‐froid et la maî­trise de Federer, cou­plés à quelques erreurs au filet de Wawrinka, font la dif­fé­rence. Stan en casse sa raquette et ne revien­dra plus, n’ayant peut‐être pas la force de s’at­ta­quer à une mon­tagne ten­nis­tique digne de l’Everest : remon­ter deux sets à Federer, cer­tains comme Nalbandian l’ont fait, mais Wawrinka n’en a pas la car­rure ce dimanche, et lais­se­ra Federer dérou­ler dans un troi­sième set plu­tôt à sens unique.

Tranquille contre Luczak, solide contre Falla, lar­ge­ment supé­rieur à Reister, l’obs­tacle Wawrinka a pous­sé Federer a éle­ver son niveau de jeu, mais on a pas encore vu Federer s’employer, s’é­ner­ver ce qui est suf­fi­sam­ment rare chez lui pour être un signe de match dif­fi­cile. Pour l’ins­tant, Federer a la belle vie à Paris, mais un Soderling ou un Cilic pour­rait venir agi­ter la mer de tran­quilli­té dans laquelle baigne pour l’ins­tant le Suisse.

Article pré­cé­dentSH – Federer intraitable
Article sui­vantSH – Soderling impressionne
Instagram
Twitter