AccueilFederer : "Redevenir n°1 serait absolument extraordinaire"
Array

Federer : « Redevenir n°1 serait absolument extraordinaire »

-

En confé­rence de presse, Roger Federer est revenu sur sa victoire à Madrid qu’il estime « surpre­nante ». Le Suisse évoque égale­ment sa remontée au clas­se­ment et la conquête de la première place mondiale.

Vous reve­niez de six semaines de repos. Comment avez‐vous fait pour retrouver aussi vite votre meilleur niveau ?

C’est surpre­nant pour moi de revenir et de gagner aussitôt. Je m’in­quié­tais surtout de passer le premier tour, je ne pensais même pas à mon adver­saire du 2e tour. J’étais très réaliste en arri­vant dans ce tournoi. Même si j’ai toujours bien réussi ici à Madrid. Le 1er tour a été la clé évidem­ment. Ca m’a permis de rester dans le tournoi en atten­dant de pouvoir trouver mon rythme, ce que j’ai réussi à faire contre (Richard) Gasquet (en 8e de finale, Ndlr). Il ne faut pas beau­coup plus pour gagner en confiance, d’au­tant que j’avais très bien joué ces derniers mois. Aujourd’hui, c’était une grande finale, dans des condi­tions diffi­ciles, contre un bon joueur. C’est une grosse victoire ce soir. Je ne peux pas être plus heureux. Revenir après une pause et gagner aussitôt, c’est le scénario idéal.

Allez‐vous jouer à Rome la semaine prochaine ?
Normalement oui. Mais on verra comment je me sens demain et dans les jours à venir. La semaine ici a été diffi­cile. Mon corps est un peu meurtri, après six semaines de repos. Donc je veux juste m’as­surer que je prends la bonne déci­sion. J’espère pouvoir jouer. J’irai là‐bas demain pour sûr.

Vous parlez de condi­tions diffi­ciles, faites‐vous allu­sion à la terre battue bleue ?

Un petit peu. Le court était glis­sant, les condi­tions étaient rapides. C’était diffi­cile de trouver mon rythme, surtout contre un tel adver­saire, qui frappe telle­ment bien son premier coup. Je savais que ça allait être un match très diffi­cile. J’ai fait trop d’er­reurs au début sur mes jeux de service, il en a profité. C’est lui qui diri­geait la manoeuvre. C’était très impor­tant pour moi de réagir dans le deuxième set et de trouver mon rythme.

Qu’est‐ce que cela signi­fie­rait pour vous de rede­venir numéro 1 mondial et de battre le record de Pete Sampras ?

Ce serait abso­lu­ment extra­or­di­naire. J’aurais pu chasser ce record il y a quelques années, mais main­te­nant je regarde le long terme. Et puis je n’ai pas besoin de battre tous ses records, après tout c’est mon idole (en souriant, Ndlr). Mais la période qui arrive est exci­tante pour moi. Je joue bien et évidem­ment je pense pouvoir gagner un Grand Chelem.

Le T‑shirt We Love Roger est sur kdotennis

Article précédentDolgopolov abandonne
Article suivantDjokovic, le « Paradi »