AccueilFederer retrouve son Rafa...
Array

Federer retrouve son Rafa…

-

Roger Federer et Indian Wells, c’est une belle histoire d’amour. Le Suisse y a remporté quatre titres, rien que ça. Cette année, il compte bien y vivre de belles choses, encore une fois. Défendre son trophée ? Pourquoi pas. En confé­rence de presse, il le dit et se montre rassu­rant : la confiance ne l’a pas quitté, son jeu non plus. En Australie, comme à Dubai, il a été satis­fait de ce qu’il a produit. Mieux, il vise le long terme. Cette année constitue, pour lui, une année de tran­si­tion, durant laquelle il choisit de privi­lé­gier la prépa­ra­tion à la compé­ti­tion. Le tout afin d’être perfor­mant dans quelques années… à Rio. Aux JO. Enfin, il se réjouit du retour de Rafael Nadal. Le Majorquin lui a presque manqué… 

Rafael Nadal est de retour… Tu l’as vu ? Qu’est‐ce que ça t’inspire ?

Je l’ai juste vu hier, après mon entraî­ne­ment. J’étais vrai­ment excité de le voir à nouveau dans un stade. Nous n’avons pas vrai­ment eu de contacts, tous les deux, durant tous ces mois. Je pense qu’il voulait rester en‐dehors de tout ça, ce que je comprends. J’ai été super content de le voir réussir aussi bien, à Acapulco. C’est formi­dable de le voir jouer, ici, sur des courts en dur. J’espère pouvoir discuter un peu avec lui cette semaine.

Tu n’as plus gagné de titre depuis août dernier. Comment tu juges ton début de saison ?

Je pense avoir vrai­ment bien joué en Australie. A Rotterdam, j’ai été très déçu. J’ai eu le senti­ment que j’aurais pu mieux faire. J’y avais telle­ment bien joué l’année d’avant. A Dubai, j’ai été un peu malchan­ceux avec ces trois balles de match ratées… Vous vous retrouvez à devoir expli­quer une défaite alors que vous avec la sensa­tion que devriez être en train de préparer la finale. Ce qui est arrivé est arrivé. Mais je joue bien. Evidemment, j’aurais espéré gagner un tournoi, mais, actuel­le­ment, je suis content de mon jeu.

Tu aimes te retrouver ici, à Indian Wells ?

J’étais un peu plus diffi­cile quand j’étais jeune et je trou­vais que cet endroit n’était pas un endroit pour moi, même s’il y avait toujours quelque chose de fun à faire. J’ai changé d’avis sur Indian Wells à mesure que le tournoi évoluait et que je vieillis­sais, moi, avec une famille désor­mais. C’est un lieu calme et superbe, c’est parfait pour des parents et leurs enfants. Les fans qui viennent sont nombreux et connaissent vrai­ment le tennis. Les faci­lités sont vrai­ment fantas­tiques, le court central est superbe, avec une atmo­sphère formi­dable. C’est un tournoi pres­ti­gieux. Tous les meilleurs y participent.

Ken Rosewall a gagné son dernier tournoi du Grand Chelem à 37 ans…

Je ne me projette pas trop, juste un ou deux ans en avant. Mais j’adorerais jouer encore sur le circuit à son âge et réaliser quelque chose d’aussi grand que lui. Chaque carrière est unique et suit son propre chemin. Je vais faire de mon mieux et tenter de profiter de cette route et du travail vers le succès. La vie sur le circuit est intense, mais j’ai la sensa­tion que j’ai encore beau­coup de jeu devant moi. Afin de pouvoir jouer aux Jeux Olympiques, je me concentre beau­coup sur la prépa­ra­tion, plutôt que sur les matches. C’est l’une des raisons pour lesquelles je veux faire en sorte de beau­coup m’entraîner cette année. J’ai fait beau­coup de boulot en‐dehors du court, sur le plan physique, afin de réussir à être sur le circuit pendant long­temps. C’est l’objectif caché sous le calen­drier que je me suis construis cette année, afin de m’offrir beau­coup d’options l’année prochaine. 

Federer joue dans le vide
Federer : « Tout le monde doit être contrôlé !« 
Murray pour un Federer‐Nadal

Article précédentLe programme de vendredi
Article suivantRazzano en balade à Amiens