AccueilForget : "Le programme de vendredi sera extrêmement délicat"
Array

Forget : « Le programme de vendredi sera extrêmement délicat »

-

Quelques minutes après l’annulation des matchs de la journée de mercredi et le report à jeudi, Guy Forget est venu apporter des préci­sions sur la suite des événe­ments tout en sachant que la météo pour­rait encore perturber le bon dérou­le­ment des rencontres. Le direc­teur du tournoi fait le point.

Sur l’annulation des matchs de mercredi :

« Tous les spec­ta­teurs vont être remboursés inté­gra­le­ment. Ceux qui le souhai­te­ront, avec leur billet du jour (en date du 5 juin 2019), pour­ront revenir demain (lire ce jeudi) et assister aux matchs sur les courts où il restera des places. Ils auront une entrée géné­rale, notam­ment pour le Suzanne Lenglen. Maintenant, la diffi­culté pour nous est de faire avancer le tournoi avec, chez les joueurs et surtout chez les joueuses, un temps de récu­pé­ra­tion simi­laire. On espère finir samedi pour les femmes et dimanche pour les hommes. Les prévi­sions météo­ro­lo­giques pour demain (lire ce jeudi) sont bonnes et le sont beau­coup moins pour vendredi. On étudie tous les scéna­rios qui nous permet­tront d’avancer le tournoi de la meilleure manière possible. »

Sur une possible program­ma­tion vendredi des demi‐finales femmes sur le Lenglen et des hommes sur le Central :

« À l’heure actuelle, la déci­sion n’a pas été prise compte tenu des condi­tions clima­tiques qui devraient être diffi­ciles vendredi. On pense à cette option comme le fait de jouer sur un troi­sième court. Le Simonne‐Mathieu a eu beau­coup de succès. Si les choses tour­naient mal, l’idéal serait que les joueuses jouent en même temps pour avoir un temps de repos simi­laire. S’il y a une inter­rup­tion, elles l’auront en même temps et il n’y aura pas une joueuse qui termi­nera 24 heures avant l’autre. On sait déjà que des joueuses vont sans doute jouer trois jours de suite et c’est un gros problème. On aime­rait éviter un problème supplémentaire. »

« On étudie tous les scénarios qui nous permettront d’avancer le tournoi de la meilleure manière possible »

Si les demi‐finales ne peuvent pas avoir lieu vendredi :

« On a vu histo­ri­que­ment qu’une finale homme pouvait se jouer un lundi (en 2014 entre Djokovic et Nadal). En cas de scénario catas­trophe, on peut imaginer la même chose chez les femmes. À l’heure actuelle, on a bon espoir d’avancer les matchs de demain (lire ce jeudi) qui sont très impor­tants. Les météo­ro­logues nous donne­ront ensuite les prévi­sions de vendredi et nous pren­drons ensuite la déci­sion du programme de vendredi. Il sera extrê­me­ment délicat. Rien n’est arrêté et on se garde toutes les possi­bi­lités pour s’adapter. »

Sur la billet­terie de vendredi et l’accès aux spectateurs :

« Pour l’instant, je ne peux pas donner d’éléments très précis comme il y a beau­coup d’inconnues (…) On lais­sera les spec­ta­teurs faire leur choix. Il n’y pas de solu­tion idéale. Notre prio­rité, c’est notre public. Au regard des circons­tances, on va essayer de faire les meilleurs choix possibles. On a la chance d’avoir trois grands courts magni­fiques : le Central qui fait 15 000 places, le Lenglen 10 000 places et le Simonne‐Mathieu avec 5 000 places. Il y a des matchs du circuit WTA qui se disputent sur des courts prin­ci­paux de 5 000 places. Si ça devait être le cas, j’estime qu’il n’y a rien de dégra­dant, bien au contraire, de jouer sur ce court qui est qualifié comme l’un des plus beaux au monde. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros