AccueilForget : « N’enlevez surtout pas Federer de la liste des favori »
Array

Forget : « N’enlevez surtout pas Federer de la liste des favori »

-

Immédiatement après le tirage au sort, Guy Forget, membre du comité de pilo­tage du tournoi de Roland Garros, a donné ses impres­sions. Voici l’avis de l’ex‐capitaine de Coupe Davis sur les cas Nadal, Federer, Djokovic, Tsonga, Gasquet et Monfils notamment.

Guy, une réac­tion au choc Monfils‐Berdych ?

Quand l’af­fiche est apparue, il y a eu un bruis­se­ment dans le public. Les gens se sont dit : « Quel tour diffi­cile pour Gaël ! » Mais je peux vous dire que pour Berdych, qui n’était pas dans la salle, c’est vrai­ment un match poison. Gaël a repris quelques bonnes sensa­tions à Bordeaux. La confiance revient. Sur un premier tour c’est très délicat sur terre battue, en cinq sets, surtout que Gaël peut vrai­ment être un épou­van­tail. Ce match va beau­coup dépendre de Monfils. S’il peut trouver son niveau de jeu, il peut l’emporter à la régu­lière. Mais s’il manque un peu de repères, ce qui peut lui arriver aussi, ça risque d’être diffi­cile. Il y a plein de points d’in­ter­ro­ga­tions sur ce match, on s’en réjouit d’avance.

Jo‐Wilfried Tsonga a plutôt un bon tableau non ?

Oui, sa partie de tableau est pas mal. Sur les premiers tours il n’a pas de joueurs parti­cu­liè­re­ment dange­reux. Mais il faut se méfier. On l’a vu dans les qualifs, tout le monde joue bien, il n’y a pas de tours faciles. 


Richard Gasquet et Benoit Paire sont dans le quart de tableau de Rafael Nadal…

Benoit a fait un beau parcours à Rome. Il est en grande forme et tête de série numéro 24, mais il rencontre Baghdatis. Or on connait tous Marcos qui est un joueur extra­or­di­naire, très talen­tueux. Pour Richard, il rencontre Stakhovsky d’en­trée, puis un qualifié au deuxième tour. C’est dans ses cordes, ce n’est pas un mauvais tirage. Mais je me répète, il ne faut prendre aucun match à la légère. 


Est‐ce qu’un joueur fran­çais peut l’emporter cette année ?

Objectivement, quand on voit le niveau de jeu de Rafa, Roger et Novak, ils sont quand même devant les autres. Il ne faut pas parler de victoires aux Français à l’heure actuelle, déjà parce que ça leur met une pres­sion supplé­men­taire. Mais on peut imaginer des Bleus en deuxième semaine, en quarts, et pour­quoi pas en demie ! Après, quand on joue contre des garçons comme Federer ou Nadal, il faut faire un exploit le jour‑J. On se souvient que l’année dernière, Jo Tsonga a fait un match extra­or­di­naire contre Novak Djokovic, il a joué proba­ble­ment le meilleur tennis de sa carrière sur terre. Pour gagner, il faut faire cela en quarts, en demie et en finale. Je crois qu’il faut être derrière nos Bleus dès les premiers tours car ce n’est jamais simple. Il faut essayer de ne pas perdre trop d’énergie pour ensuite affronter les gros cracks. Les condi­tions de jeu risquent d’être extrê­me­ment lentes cette année, on va avoir pas mal de pluie et du vent. Les orga­nismes vont être beau­coup solli­cités. Peut‐être que celui qui va passer 2–3 heures de moins sur le court en première semaine aura un peu plus les moyens de faire un exploit par la suite.

Sur quel Français en parti­cu­lier miseriez‐vous pour cette quinzaine ?

De toute évidence, sur les mieux classés que sont Jo‐Wilfried Tsonga et Richard Gasquet. Ce sont les mieux armés. Leur tirage sur les premiers tours n’est à priori pas extrê­me­ment diffi­cile. Ils ont plus d’ex­pé­rience et de repères. Ils sont à un moment de leur carrière où ils ont joué Roland Garros plusieurs fois. Ils y ont connu des grands moments et des moments de décep­tion aussi. Et je crois que cette pres­sion dont on parle tant, ils sont capables de la rela­ti­viser aujourd’hui et de montrer un bon visage. Après on peut avoir plein d’autres surprises, Paire, Monfils, Simon, Benneteau…


On peut avoir une demi‐finale Nadal‐Djokovic…

Oui… Ce n’est déjà pas plus mal qu’ils rencontrent en demie plutôt qu’en quarts. Quand on voit le parcours qu’a fait Nadal depuis quelques mois, c’est épous­tou­flant. S’il veut gagner le titre ici, il va lui falloir battre des joueurs dange­reux dès les premiers tours. Contre Djokovic, c’est le match que tout le monde attend. Je pense que Roger a certai­ne­ment eu un petit sourire en voyant que Rafa était dans la partie de Djokovic mais cela reste un tournoi magni­fique, très ouvert. Rafa rêve de battre un nouveau record, Novak rêve de gagner pour la première fois, Roger se dit peut‐être qu’il a évité les « gros » dans sa partie de tableau, et des Français rêvent de faire un exploit ici.

Faut‐il encore donner une chance à Roger Federer ?

Il ne faut jamais enlever Federer de la liste des favoris, ceci pour plusieurs raisons. D’abord parce que s’il y a bien un joueur qui a de l’ex­pé­rience aujourd’hui, c’est lui. Les condi­tions de jeu qu’on va connaître ne sont pas faites pour le désa­van­tager car les rebonds vont être bas. Or on sait qu’à hauteur d’épaule, Roger peut avoir une qualité de frappe terrible. On se souvient aussi que Sampras était mori­bond avant son dernier US Open et qu’il a surpris tout le monde en gagnant chez lui. Je ne dis pas que Roger va faire la même chose, mais il fait partie de ces joueurs capables de se trans­cender sur un quart ou une demie, et d’ar­river frais en finale pour, une nouvelle fois, nous faire rêver. Il ne faut surtout pas l’en­lever de la liste des prétendants.

De votre envoyée spéciale à Roland Garros

Instagram
Twitter