AccueilHalep : "Je vais jouer la finale de Roland, c'est incroyable !"
Array

Halep : « Je vais jouer la finale de Roland, c’est incroyable ! »

-

Qualifiée pour la finale de Roland Garros, Simona Halep a tenté de décrire son bonheur en confé­rence de presse. La Roumaine, qui inté­grera le Top 3 lundi, parle de son ascen­sion au plus haut niveau et de la diffi­culté de gérer une première finale en Grand Chelem.

Simona, qu’avez‐vous ressenti après la balle de match ?
Sur la balle de match, les sensa­tions étaient incroyables. Je ne savais pas ce que je devais ressentir ou plutôt je n’ar­rive pas à exprimer ce que j’ai ressenti. Je n’ai pas de mots. C’est incroyable, je vais jouer la finale, ici, à Paris ! Le match était très serré et aussi plein d’émo­tions. J’étais inquiète, nerveuse mais plus forte à la fin au tie‐break, c’est notam­ment comme cela que j’ai pu gagner en deux sets. Je me sens fran­che­ment très bien ce soir. C’est vrai­ment incroyable de pouvoir se dire que je vais jouer la finale d’un Grand Chelem à Paris. 

C’est vrai que pour vous depuis 12 mois, cela a été incroyable. Y a‑t‐il eu un moment où tout s’est mis en place ou cela a‑t‐il évolué peu à peu ?
C’est à Rome l’an passé que j’ai eu le déclic, lors d’un match contre Radwanska. Après ce match, je me suis dit que je pouvais jouer à haut niveau et battre les meilleures. Ensuite, cela s’est progres­si­ve­ment mis en place. J’ai pris confiance en moi. J’ai eu 12 mois impres­sion­nants, c’est vrai, mais ce que je réalise aujourd’hui dans ce tournoi, c’est encore plus fantastique.

Vous allez inté­grer le Top 3 lundi. Tout va très vite pour vous. Comment réagissez‐vous ?
Je l’ai dit plusieurs fois : le clas­se­ment, ce n’est vrai­ment pas ce qui compte pour moi. Ce qui compte, c’est de jouer et de gagner encore plus de matches, de jouer des finales, de gagner des titres. C’est fantas­tique d’être dans le Top 3, je ne m’y atten­dais pas.

Que faudra‐t‐il faire pour battre Sharapova samedi ?
Je ne sais pas ce que je dois faire pour la battre… J’ai une revanche à prendre car elle m’a battue à Madrid. Je vais me battre. J’ai joué un bon match pendant le premier set à Madrid, j’étais rapide sur le court, je me suis ouvert les angles. Et puis elle est revenue en frap­pant très fort, plus fort que moi. Maintenant, je sais que pour la battre, il faudra que je sois agres­sive, que je joue vite et que je maîtrise mes nerfs. Cela va être un match tendu mais je dois profiter et savourer l’ins­tant. Je ne peux pas vous dire aujourd’hui comment je me sentirai samedi. Je ne sais pas ce que c’est que de jouer une finale de Grand Chelem. Contre Maria, je n’ai rien à perdre et il faudra que je le garde à l’es­prit. Je vais essayer de jouer de manière relâ­chée et détendue même si je sais que ce sera diffi­cile de gérer mes émotions à ce moment‐là. Je vais faire de mon mieux. 

Essayez de vous projeter dans deux jours…
Si je gagne, je serai très contente. Je ferai quelque chose de fou, une grosse fête. Dans tous les cas, après le tournoi, je vais rentrer à la maison, je vais rester avec ma famille avec zéro tennis pendant quelques jours. Mais bon, ce n’est pas encore gagné, j’en suis loin, car même si je n’ai plus qu’un seul match à jouer, l’adversaire est très forte. Je dois rester très concen­trée. Après je verrai !