AccueilHoang : "Je suis là où je voulais être, aucune raison d'avoir...
Array

Hoang : « Je suis là où je voulais être, aucune raison d’avoir peur »

-

Antoine Hoang est l’une des belles révé­la­tions de ce Roland‐Garros 2019. À 23 ans, le Toulonnais explose aux yeux du grand public avec un tempé­ra­ment que son coach qualifie de « céré­brale ».

Antoine, réalisez‐vous ce que vous vous venez d’accomplir ?

Je suis encore sur un nuage parce que je reçois plein de messages et c’est grâce à ça que je me rends compte de ce que j’ai fait. Je reste les pieds sur terre et c’est impor­tant ici. Je ne regarde pas trop le portable. J’ai fait deux bonnes perfor­mances et j’espère qu’il y en aura d’autres.

Ton coach dit que vous êtes très cérébrale…

Effectivement, j’es­saie de rester bien concentré sur le moment présent et ne pas trop me laisser envahir par l’évé­ne­ment. On s’en­traîne pour vivre ce genre d’évé­ne­ment, j’en rêve depuis très, très long­temps. Maintenant que j’y suis, je ne dois pas en avoir peur. C’est que je me disais. Si on commence à avoir peur des choses dont on rêve, c’est un peu absurde. Je me suis juste dit : « Profite, tu es là où tu voulais être, il n’y a aucune raison d’avoir peur de ça. »

Avez‐vous l’impression de fran­chir un cap dans votre carrière ?

Il y a déjà beau­coup plus de solli­ci­ta­tions (rire). Je le vis bien, je le fais avec plaisir. Tout ce qui m’arrive, ce ne sont que des bonnes choses. Je profite tout en sachant qu’il y a encore beau­coup de choses à travailler. Après Roland, je vais repartir sur les Challengers pour préparer le gazon. C’est un processus à long terme. Il faut repartir au boulot, faire les bonnes choses et garder une bonne ligne directrice. 

Vous allez affronter Gaël Monfils au prochain tour, qu’est-ce qu’il repré­sente pour vous ?

Gaël, je le connais de la télé, il m’a fait rêver et vibrer en Coupe Davis ou à Roland‐Garros. Il a l’air super gentil. Il m’a toujours paru agréable et on a toujours eu envie de l’encourager. Le fait de le jouer, il faudra faire abstrac­tion de ça et me concen­trer sur moi.

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros