Accueil"J'avais l'ambition de faire mieux"
Array

« J’avais l’ambition de faire mieux »

-

Battu 3–6, 6–3, 7–6(3), 6–4 par Fernando Gonzalez, Jo‐Wilfried Tsonga ne se satis­fai­sait pas d’un huitième de finale à l’US Open. Sans coup d’éclat en Grand Chelem cette année, le numéro 1 fran­çais compte cepen­dant sur la saison Indoor pour assurer sa place aux Masters de Londres.
.

Le ressenti après le match ?
Déçu, parce qu’il y avait la place de passer. Je n’aime pas rater de telles occa­sions. Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de passer en quart de finale en Grand Chelem. Je m’étais préparé pour ça, j’avais bien travaillé, donc forcé­ment je suis déçu de mon résultat. Mais ce n’est pas la déprime. Une fois que c’est passé, c’est passé

Les clés du match ?
Il m’a manqué un petit coup de rein supplé­men­taire sur quelques points. J’ai raté pas mal de balles de break, je ne suis pas loin, et j’ai manqué parfois d’un peu de réus­site. Et j’ai connu pas mal de déchet au filet. C’est le jeu, je fais tout ce qu’il faut, et à un moment donné je n’ai pas été très bon.

Surpris par Gonzalez ?
Je m’attendais à ce type de match, mais il a été rela­ti­ve­ment solide en revers. Il frap­pait bien ou bien son slice était toujours très bon. Je n’ai pas été surpris. Ça laisse un petit goût d’inachevé parce que je m’étais bien préparé pour ce tournoi. J’avais l’ambition de faire mieux.

Bilan en Grand Chelem cette saison ?
J’aurais aimé jouer des matchs plus impor­tants. C’est comme ça, l’année dernière j’ai fait une finale et puis un troi­sième tour ici. Cette année, c’est un quart, deux huitièmes et un troi­sième tour. Il y a du mieux, mais il reste à gagner un gros match et ce que je vais m’attacher à faire pour la saison prochaine.

Le Masters ?
Ça va devenir compliqué. Il reste la fin de saison. Il y a des tour­nois qui peuvent être parce qu’on va beau­coup jouer en Indoor. Je vais avoir l’occasion de m’exprimer cet hiver. Bercy va être un objectif et j’ai envie de remettre le couvert.

Le barrage de Coupe Davis ?
C’est une échéance impor­tante, et je pense que vous allez me voir sur le terrain.