AccueilKeys et Barty à la lutte, Halep tranquille ?
Array

Keys et Barty à la lutte, Halep tranquille ?

-

Ce mercredi marque la fin des quarts de finale à Roland‐Garros. Du côté des dames, deux affiches très diffé­rentes sont au programme : un choc entre Madison Keys et Ashleigh Barty et un match inédit entre Simona Halep et Amanda Anisimova.

Keys – Barty, match accroché en perspective ?

Dans ce premier duel de la journée, diffi­cile de donner une favo­rite. La tendance irait plutôt vers Madison Keys, déjà demi‐finaliste l’an passé et qui semble bien appré­cier la terre battue pari­sienne. L’Américaine pour­suit sa route sans faire de bruit, avec des succès sur Rodina, Hon, Blinkova et Siniakova. Elle a aussi profité des élimi­na­tions de Naomi Osaka et de Caroline Garcia (pour ne citer qu’elles) pour se hisser tran­quille­ment en quart de finale. Avec ses frappes très lourdes, elle est évidem­ment capable de battre n’im­porte qui. En face, Ashleigh Barty n’évolue pas sur sa surface favo­rite, mais elle a affiché un niveau de jeu très solide depuis le début de la quin­zaine. Pegula, Collins, Petkovic et Kenin sont ainsi cassé les dents face au jeu très léché de l’Australienne. L’indécision reste totale d’au­tant plus que les deux joueuses sont à égalité au niveau des confron­ta­tions (1–1). Mais il faut noter que Keys a remporté leur seul duel à Roland‐Garros, lors d’un premier tour il y a deux ans.

Halep sans problème ?

Simona Halep réalise pour le moment un parcours impec­cable. La Roumaine, qui avait perdu deux sets lors de ses deux premiers tours, est montée en puis­sance. En témoigne son huitième de finale contre Iga Swiatek, bouclé 6–1, 6–0 en seule­ment 45 minutes. Amanda Anisimova serait donc inspirée de ne pas repro­duire la même perfor­mance que la Polonaise, égale­ment âgée de 17 ans. L’Américaine est novice à ce stade de la compé­ti­tion, et affronte ce qui se fait de mieux ocre actuel­le­ment. Seule solu­tion pour elle, jouer avec énor­mé­ment de relâ­che­ment et agresser Simona Halep constam­ment. Une mission qui paraît quasi­ment impos­sible, et l’on voit donc mal comment ce quart de finale pour­rait tourner en faveur de la 51ème mondiale.