AccueilLa marche était trop haute pour Garcia
Array

La marche était trop haute pour Garcia

-

Kristina Mladenovic n’aura pas été imitée par sa copine. Caroline Garcia n’a en effet rien pu faire face à Ana Ivanovic. Elle s’incline facilement en deux manches 6–1 6–3 contre l’ancienne vainqueur du tournoi (2008) et voit la Serbe retrouver Elina Svitolina au deuxième tour. Frustrant, mais pas rédhibitoire.

On s’est tous crispés dès que l’on a vu le tirage du tableau prin­cipal de Roland Garros tomber. Ana Ivanovic au premier tour à Roland Garros, ce n’est vrai­ment pas un cadeau. C’est même une épine dans le pied de la taille d’un baobab quand la Serbe est à son meilleur niveau. Alors ajoutez à cela la tension et la pres­sion qu’a dû ressentir Caroline Garcia, et vous aurez là le cock­tail le plus néfaste possible pour réaliser une incroyable perfor­mance. Pourquoi la Lyonnaise n’a‐t‐elle pas imité Kristina Mladenovic ?

Parce que les attentes n’étaient pas les mêmes, tout simple­ment. De son côté, Caroline susci­tait un enthou­siasme incroyable depuis sa victoire à Bogota, sa perfor­mance en Fed Cup et son quart de finale à Madrid quand la grande blonde ne présen­tait qu’un bilan de quatre victoires cette saison. La pres­sion, c’est clai­re­ment ce qui a eu raison de Garcia quand on voit ce premier set loin de ce qu’elle comp­tait faire. Prendre le jeu à son compte, atta­quer, jouer long… Rien de tout ça ne s’est ressenti.

Il y a bien eu un sursaut dans le deuxième set, avec beau­coup plus de constance à laquelle il faut ajouter, concédons‐le, les premiers flageo­le­ments de jambes d’Ivanovic. Mais déjà breakée, tout ça est apparu beau­coup trop tardi­ve­ment. C’est donc une grande décep­tion que de voir une joueuse sur laquelle beau­coup d’es­poirs se fondaient pour ce Roland Garros partir dès le premier tour. Mais en même temps, il n’y a abso­lu­ment rien d’illo­gique là‐dedans. A présent, à Caroline et ses 20 petites années de rela­ti­viser tout ça pour conti­nuer à perfer sur les tour­nois infé­rieurs et revenir l’an prochain dans les dispo­si­tions d’une tête de série. On croise les doigts !

  1. Wawrinka : « Federer n’est pas mon entraîneur »
  2. Nadal : « Le Lenglen ou le Chatrier ? Qu’importe »
  3. Ce n’est pas le rôle de Stan
Article précédentHaas abandonne
Article suivantJankovic avec difficulté