Accueil Actu La semaine du joueur - À la découverte de Daniel Koellerer, le...

La semaine du joueur – À la découverte de Daniel Koellerer, le taré du circuit !…

-

Robbie Mendelson — originally posted to Flickr as Daniel Koellerer

C’est la semaine du JEU et du JOUEUR sur Welovetennis ! Au programme, interviews, articles et vidéos sur ce qui fait la passion du tennis, ses problèmes, la manière dont vous la vivez au quotidien et ce qui la provoque. Place au craquage et au pétage de plombs, qui constituera l’un de nos fils rouges cette semaine !

Daniel Koellerer, alias « Crazy Dani », n’a pas marqué l’histoire du tennis pour son talent ou ses victoires sur le circuit ATP. Non, l’Autrichien s’est distingué par sa mauvaise attitude sur le court. Et même en-dehors. Une carrière étonnante pour le joueur le plus détesté du « tour ».

Colérique, agressif, insupportable, agaçant. Autant de qualificatifs peu flatteurs qui reviennent au sujet de Daniel Koellerer. Né le 17 août 1983 à Wels, en Autriche, Daniel Koellerer débute sa carrière professionnelle à partir de 2002. Jusque-là, rien à signaler. Sauf que « Dani » sème la terreur auprès des arbitres, des juges de lignes, des ramasseurs, spectateurs et, surtout, de ses adversaires lorsque ses nerfs lâchent. Une étiquette de joueur caractériel que le garçon a tout fait pour entretenir. Ses frasques sont devenues cultes. En 2006, au cours d’une tournée disputée en Amérique du Sud, il écope de six mois de suspension pour mauvais comportement. De quoi bien cerner le personnage. « Dani » est également capable de briser sa raquette en deux sur son genou après une défaite à Munich face à Philipp Petzschner. L’Autrichien est aussi ce genre d’individu qui se crache dans la main avant de serrer celle de Filippo Volandri. Charmant. Ainsi se fait-il apprécier de ses collègues – on comprend qu’il ait ensuite du mal à trouver des partenaires d’entraînement. Passablement agacé par son comportement sur le terrain, Stefan Koubek, un compatriote, était tout proche de l’étrangler sur son banc.

Mais son chef d’œuvre absolu remonte à 2010 lors d’un Challenger à Szczecin, en Pologne, face à Pablo Cuevas. À l’entame du troisième set, Koellerer est au service. Alors que l’échange s’installe, il monte au filet et joue une volée amortie. Cuevas se précipite, donne un coup de raquette qui passe de l’autre côté du filet, mais rate la balle… Koellerer s’écroule alors au sol, sans raison apparente – comme s’il avait été touché par le coup de l’Uruguayen, ce qui n’est absolument pas le cas. L’Autrichien se tord de douleur, mais personne ne réagit. Contraint de persister dans sa mauvaise foi, il rejoint son banc en boitant, et abandonne. Une simulation d’exception. Mais une telle carrière devait se terminer en apothéose. Le 31 mai 2011, Dani est suspendu à vie par la Tennis Integrity Unit « pour avoir tenté de truquer des matchs ». Un clap de fin à l’image de sa carrière…

Article précédentLe programme de samedi
Article suivantLe programme de samedi
Instagram
Twitter
Facebook
Facebook