AccueilLa semaine du joueur - PAROLE DE COACH ! (2/5)
Array

La semaine du joueur – PAROLE DE COACH ! (2/5)

-

C’est la semaine du JEU et du JOUEUR sur Welovetennis ! Au programme, inter­views, articles et vidéos sur ce qui fait la passion du tennis, ses problèmes, la manière dont vous la vivez au quoti­dien et ce qui la provoque. Place au rôle du coach et à la forma­tion – oui, ce gars qui tente de vous faire progresser tant bien que mal !

Bastien est respon­sable du pôle féminin à l’ISP Academy, près d’Antibes. Jeune coach, il vous raconte son vécu, ses espoirs, son quoti­dien et son expé­rience dans le cadre de cette « semaine du joueur » sur Welovetennis. Une série en six épisodes ! Aujourd’hui, Bastien revient sur un tournoi inter­na­tional de jeunes où il a inscrit sa joueuse, Agnes, une Danoise de 12 ans, plus jeune pension­naire de l’aca­démie, qui veut devenir profes­sion­nelle. En un an, cette jeune fille est passée d’un niveau de 301 à des victoires sur des adultes clas­sées 5/6… Pour Agnes, c’est le moment de se frotter au gratin mondial ! 

Episode 1 : De Sartrouville à Odessa
Episode 2 : Agnes, des rêves et des moyens !

Comme souvent, dès qu’il s’agit d’un tournoi inter­na­tional se dérou­lant en France, Les Petits Princes du Lac d’Annecy se présente comme un soi‐disant mini‐Roland Garros, du moins l’un des plus gros tour­nois sur terre battue « du monde » pour les jeunes de moins de 13 ans. Une caté­gorie qui n’existe pas vrai­ment, car à cheval entre les moins de 12 et moins de 14 ans. D’ailleurs, ce tournoi n’est réfé­rencé nulle part, hormis dans le calen­drier FFT. Pour les étran­gers, il ne présente donc aucun intérêt, à part, éven­tuel­le­ment, de se faire remar­quer. C’est une sorte d’événement inter­na­tional destiné à faire un peu de pub, amener un peu de monde et des spon­sors en disant que les meilleurs jeunes du monde seront là… 

Un mini‐Roland Garros… comme tant d’autres !

La vérité, c’est que les tout meilleurs, à cette date‐ci, sont presque tous en train de jouer les phases finales des cham­pion­nats d’Europe indi­vi­duels et par équipe. Bon, on ne va pas s’en plaindre, ça laisse la chance aux « seconds couteaux », qui peuvent se frayer un chemin dans une compé­ti­tion d’un niveau tout de même très relevé. Pour cela, encore faut‐il sortir indemne du parcours du combat­tant qui mène au tableau final.

« Encore faut‐il sortir indemne du parcours du combattant qui mène au tableau final »

Le seul moyen de s’inscrire est d’envoyer une demande écrite au Directeur du tournoi, en priant pour qu’il décide de nous accepter dans le tableau final, dont le clas­se­ment minimum, cette année, était à 46 chez les filles. En‐dessous de ce clas­se­ment, ce sont les quali­fi­ca­tions avec quatre ou cinq tours (parfois plus) à passer, la plupart du temps à raison de deux matchs par jour. Pour ma petite joueuse danoise (née en 2002, assi­milée à 15 en France), on a réussi à lui obtenir une WildCard grâce à son agent, qui a pu s’appuyer sur le fait qu’une Danoise dans le tableau des « P’tits Princes », ce n’était pas arrivé depuis… très, très long­temps ! Oui, vous avez tiqué, je le sais : elle a 12 ans et elle a un agent depuis à peine deux mois. Tout ce qu’il y a de plus « normal » pour une joueuse étran­gère qui n’a pas de fédé­ra­tion forte derrière elle. Il l’aide à obtenir des spon­sors, des invi­ta­tions dans les tour­nois parfois… Ca peut servir, la preuve ! 

Les orga­ni­sa­teurs sont friands de ce genre de profils venant de pays un peu éloi­gnés et tennis­ti­que­ment pas très renommés. Cela rend leur tournoi encore un peu plus inter­na­tional. Plus qu’avec leur habi­tuel tableau composé de 24 Françaises, deux Suisses, deux Italiennes et quatre Espagnoles… La WildCard étant confirmée, il était temps de plani­fier les prio­rités de travail jusqu’à la date du départ, soit dans quatre semaines.

A suivre… Episode 4 demain, jeudi !

Tennis-Point.fr la réfé­rence pour trouver le produit tennis qu’il vous faut.