AccueilLe beach tennis, mode d'emploi !
Array

Le beach tennis, mode d’emploi !

-

Ca y est, l’été est là ! Avec ses chaleurs et ses vacances telle­ment atten­dues, vous prenez, heureux et soulagés, la direc­tion des plages, de la mer et du farniente. Mais le tennis ne s’ar­rête pas pour autant… Et, plutôt que de suer toute l’eau de votre corps meurtri par une année de boulot – de métro et de dodo aussi – sur des courts en goudron brûlant, c’est le moment de vous lancer dans une autre disci­pline : le beach tennis. Du sable, une raquette et des vagues à deux pas… Le pied ! Grand Chelem est parti à la décou­verte de ce sport à part entière, à l’es­prit unique, qui surfe sur une vague formi­dable d’ini­tia­tives et de profes­sion­na­li­sa­tion. Une sport qui était, hier, un sport de demain, et qui est, aujourd’hui, réso­lu­ment, un sport… de main­te­nant. Ce week‐end, nous vous invi­tons donc à décou­vrir le beach tennis grâce au dossier réalisé dans le numéro 35 de GRAND CHELEM.

Mais avant de parler de beach tennis à propre­ment parler, défi­nis­sons quelques règles pour les néophytes. Le beach tennis, comme son nom l’in­dique, est en grande partie inspiré du tennis. Les règles sont donc simi­laires en géné­rale. Pour le score par exemple. Un match se déroule au meilleur des trois manches, ou au meilleur des cinq. Le score se compte de la même manière qu’au tennis : 0/15/30/40/jeu à la diffé­rence que lors­qu’il y a égalité, le point est décisif. Pour remporter un set, il faut arriver à 6 jeux avec deux jeux d’écarts, sinon un jeu décisif est joué : le premier à 7 avec deux points d’écart, comme au tennis.

Concernant le terrain, le beach tennis se joue, en grande majo­rité, sur du sable. Mais pas n’im­porte lequel ! Le terrain doit être composé de sable nivelé, aussi plat et uniforme que possible, sans cailloux, coquilles ou toute autre irré­gu­la­rité. La surface de jeu ne doit présenter aucun élément suscep­tible de causer des bles­sures aux joueurs. Le terrain est un rectangle de 16m de long pour 8m de largeur, séparé au milieu par un filet qui culmine à 1,70m.

Dans le jeu, une balle est consi­déré comme faute lorsque :

- Elle touche le sol. Aucun rebond n’est toléré. (Ce qui est plutôt normal lorsque l’on connaît la qualité de rebond du sable !)

- Lorsqu’une balle sort des limites du terrain, lignes excluses.

- Lorsque la balle rebondit de votre côté du terrain, reste dans le filet ou passe en dessous.

A noter que si un joueur décide de jouer une balle avant qu’elle ne soit annoncée faute, la faute est annulée et le point continu.

Pour finir, il n’y a qu’un seul service, qui se joue derrière la ligne de fond de court, n’im­porte où dans le camp adverse. Lorsque la mise en jeu touche le filet, la balle est consi­dérée comme bonne et n’est pas à rejouer.

Voilà pour les petites spéci­fi­cités de ce sport qui tend à grandir de jour en jour. 105 tour­nois existent dans le monde, dont 15 en France, ce qui repré­sente le pays qui compte le plus d’événements. Des cham­pion­nats d’Europe existent même d’ores et déjà. Ils auront lieu cet été à Brighton, en Angleterre, du 9 au 11 août. Mais en attendent, voici une petite vidéo d’une demi‐finale du tournoi d’Aruba, au large du Mexique, qui est le plus pres­ti­gieux aujourd’hui, et le mieux rému­néré ( 25,000).

Instagram
Twitter