AccueilLe programme et les confidences
Array

Le programme et les confidences

-

Alors que Toni Nadal a confirmé hier que son neveu serait bien présent à Montréal, Rafael Nadal a accordé une longue inter­view au quoti­dien sportif espa­gnol Marca. Le numéro 2 mondial s’y livre comment rare­ment, de Federer à sa fin de saison, en passant par ses plus grandes fiertés et l’his­toire du tennis. L’Espagnol a annoncé son calen­drier pour la fin de l’année, assez chargé. « Montréal, Cincinnati, US Open, Copa Davis, si je suis appelé et si je n’ai pas de contre­temps, ensuite Bangkok, Pekín, Shanghai, Paris et Londres. » Voici quelques extraits du long entretien

« M’entraîner autant de temps m’a fait le plus grand bien. Je me sens meilleur. Pour être honnête, cela faisait un petit moment que je n’étais pas à 100%. Depuis Miami, j’ai senti des douleurs au genou. J’ai pris la déci­sion de jouer à Montréal lundi, car je bouge mieux, je cours mieux. Depuis samedi dernier, je m’en­traîne sans forcer. Je n’ai jamais pensé à une fin de carrière préma­turée. En 2005, quand j’ai été blessé, la situa­tion était bien plus compli­quée. J’avais 19 ans, je venais d’éclore… Maintenant, ça va, même si je m’at­tends à passer une fin de saison déli­cate, avec un Federer plus fort que jamais. Je suis telle­ment content pour lui, je lui ai d’ailleurs envoyé trois messages de féli­ci­ta­tions pour la nais­sance de ses jumelles. Et vous savez quoi ? Il m’a répondu, trois fois. Lui, c’est un Monsieur. »

Le reste des confi­dences de Nadal sont à décou­vrir ici.