Accueil Le Top 5 des joueurs à éviter
Array

Le Top 5 des joueurs à éviter

-

La course aux têtes de série fait des heureux et des malheu­reux. Notre chou­chou, Benoît Paire, réussit son coup quand dans le même temps il sort un Ernests Gublis tout aussi méri­tant. C’est la loi de la jungle. La rédac­tion de WLT a donc décidé de vous concocter un top 5 des joueurs à éviter à quelques jours du tirage au sort de Roland Garros…

Numéro 5 : Lukas Rosol

Le Tchèque a préparé sa saison sur terre avec quelques bons argu­ments. Rosol compte huit victoires pour seule­ment trois défaites. Par ailleurs, il a remporté cette année son premier titre ATP à Bucarest – sur terre – ce qui met le joueur de 27 ans en confiance. Néanmoins, depuis Rome, il pédale dans la semoule. Lukas sort au premier tour en face à Viktor Troicki et fait un aller‐retour aussi expé­ditif à Dusseldorf face à Daniel Brands. Son meilleur parcours à Paris remonte à 2011 où il avait passé trois tours, en sortant notam­ment Jurgen Melzer alors numéro huit mondial.

Numéro 4 : Jarkko Nieminen

En voilà un à surveiller : Jarkko Nieminen est un joueur d’ex­pé­rience plein de surprises. Il peut sortir au deuxième tour à Bucarest face à Gilles Simon comme atteindre les quarts à Monte‐Carlo en battant Viktor Troicki, Milos Raonic et Juan Martin Del Potro à la suite. Depuis, le Finlandais surfait sur une mauvaise dyna­mique avec deux élimi­na­tions au premier tour à Rome et Munich face à Ernests Gulbis. Engagé à Nice, Nieminen s’est imposé hier. Il retrouve donc du poil de la bête à une semaine de Roland.

Numéro 3 : Fernando Verdasco

Ne vous fiez pas aux résul­tats de Fernando Verdasco. L’Espagnol vit une période diffi­cile de sa carrière mais détient encore quelques cartes à jouer. Auteur de pres­ta­tion plus que mauvaises à Houston, Monte‐Carlo et Barcelone ont le croyait perdu. C’était sans compter sur le tournoi de Madrid : origi­naire de la région, Fernando revit chez lui. Il enchaîne des victoires sur David Goffin et Milos Raonic mais chute face à un Tsonga trop fort. Verdasco est capable de réitérer ses exploits de 2007, 2008 et 2009 Porte d’Auteuil où il a sorti Nicolas Almagro, Mikhail Youzhny et David Ferrer.

Numéro 2 : Tommy Robredo

Tommy Robredo a manqué de peu la tête de série ! Jusqu’à Rome, il la tenait, mais les parcours de Benoît Paire et Ernests Gulbis la lui ont soufflé sous le nez. Pourtant il la méri­tait l’Espagnol. Il a réalisé de belles perfor­mances sur terre depuis le début de l’année : demi finale à Buenos Aires, quart à Oeiras, quart à Barcelone et un titre à Casablanca. À 31 ans, il revit, à l’image de sa remontée fantas­tique dans le clas­se­ment – 109ème au 1er janvier ; 34ème aujourd’hui. Et malgré sa contre perfor­mance à Madrid – un deuxième tour‑, Robredo reste un client dange­reux à surveiller. À Roland Garros, il a atteint quatre fois les quarts – 2003, 2005, 2007 et 2009.

Numéro 1 : Ernests Gulbis

Il ne prenait pas le tennis au sérieux, il a changé d’avis. Et ça se voit ! Ernests Gulbis est un jeune joueur plein de talent – comme il l’a prouvé face à Rafael Nadal à Rome où il manque de battre l’Espagnol 1–6 7–5 6–4. On se souvient tous égale­ment de son incroyable parcours à Paris en 2008 où il a atteint les quarts. Cette année, sa prépa­ra­tion est satis­fai­sante puisque le Letton comp­ta­bi­lise six victoires pour dix matches disputés. Selon nous, c’est le gros poisson à éviter au premier tour. Sur toute sa carrière il a déjà battu neuf top 10, et il se ferait un malin plaisir d’ac­cro­cher une dixième tête à son palmarès…

Article précé­dentFognini, une première
Article suivantWawrinka incer­tain
Instagram
Twitter