Accueil Actu Les 4 avo­cates de la défense : L’avenir du ten­nis féminin.

Les 4 avocates de la défense : L’avenir du tennis féminin.

-

Hantuchova, Dechy, Dementieva et Chakvetadze répondent à la question :

Est‐ce que l’avenir du tennis féminin passe par le service volée ?

DanielA Hantuchova

Hum c’est très dif­fi­cile à dire. Il faut vrai­ment être assu­rée d’a­voir un ser­vice et un jeu de fond de court très solide pour pou­voir avan­cer au filet sans être sys­té­ma­ti­que­ment pas­sée. Je pense à Martina Navratilova qui n’a eu de cesse de repro­cher au ten­nis fémi­nin actuel de ne pas aller assez au filet, que nous devrions nous ins­pi­rer de ce qui se fai­sait il y a 15 ans. Mais c’est réel­le­ment dif­fi­cile à appli­quer aujourd’­hui parce que le jeu va de plus en plus vite. Personnellement, je cher­cher de plus en plus à aller au filet. Roger Federer m’ins­pire sur ce point. Ecourter l’é­change, créer au filet est défi­ni­ti­ve­ment plus inté­res­sant que de res­ter cam­pée sur la ligne de fond de court.

Nathalie Dechy

Je pense qu il y a deux choses : le phy­sique et le carac­tère. Quand on est petites, on a vrai­ment ten­dance a res­ter sur la ligne de fond de court. La course vers le filet n’est pas natu­rel. La témé­ri­té et le goût du risque viennent plus tard chez les filles que chez les gar­çons. Ensuite, c’est aus­si une ques­tion de puis­sance du ser­vice. Quand on sert à 230 km/h c’est plus facile de mon­ter der­rière. Martina Navratilova le fai­sait très bien, c’est vrai. Justine le fait régu­liè­re­ment aus­si mais il faut pas oublier que le jeu va très vite et je ne sais pas si Navratilova pour­rait jouer comme ça maintenant.

Elena Dementieva

Sans conteste. C’est ça que l’on doit faire. Il faut écour­ter l’é­change, c’est tel­le­ment dur de finir les points en fond de court. Si vous jouez contre des filles du top 10, vous n’a­vez plus le choix, il faut mon­ter au filet, créer le jeu. En plus, ça per­met de gar­der de l’éner­gie pour les matches à venir. Mais les filles ont très peur du pas­sing shot. Quand tu vas au filet et que ton adver­saire te passe, c’est hor­rible (Rires). Sur le cir­cuit mas­cu­lin, ils n’ont pas cette peur là. Même s’ils perdent le point, ils essayent encore et encore. Alors nous, on va res­ter sur la ligne du fond, c’est plus confor­table. Et puis j’ai l’im­pres­sion que comme les filles jouent plus pro­fond, elles passent mieux.

Anna Chakvetadze

C’est évident, on ne doit plus être scot­chées sur la ligne de fond de court. Toutes les joueuses doivent pro­gres­ser sur ce point. On ne peut pas se conten­ter d’a­voir un bon jeu de fond de court, on doit essayer d’autres choses. Si tu joues plus agres­sif et que tu montes bien au filet tu deviens une joueuse plus dif­fi­cile à manoeu­vrer. Personnellement, c’est ce que je cherche à faire. Le pro­blème c’est que je ne sup­porte pas d’être pas­sée. Alors si je me prends un puis deux passing‐shots, sou­vent ça me refroi­dit et je monte moins.

Instagram
Twitter