AccueilLes modifications de RG
Array

Les modifications de RG

-

La Fédération Française de Tennis (FFT) et la Mairie de Paris se sont rencon­trés hier, pour faire un point sur la Modernisation du Stade Roland‐Garros. Pour rappel, le plan vise à disposer d’un court central au toit rétrac­table afin de pouvoir assurer la conti­nuité du jeu en cas d’intempéries et à la tombée de la nuit, ainsi qu’organiser des sessions de soirée. Offrir davan­tage de confort et d’espace à tous (joueurs, public, parte­naires, médias) et proposer un stade doté d’infrastructures moder­ni­sées. Le coût du projet est estimé à 340 millions d’euros et la Mairie de Paris parti­ci­pe­rait à hauteur de 20 millions d’euros. Il pour­rait voir le jour à l’orée 2018. Florilège des réac­tions.
Source : Mairie de Paris

Jean Gachassin, le Président de la FFT.

« Cette moder­ni­sa­tion, nous avons le devoir de la réussir pour assurer la péren­nité d’un événe­ment qui contribue au rayon­ne­ment mondial de notre pays. Notre devoir est de conci­lier nos besoins fonc­tion­nels et notre volonté de contri­buer à l’embellissement du quar­tier. Nous souhai­tons offrir un merveilleux écrin à l’un des plus grands événe­ments spor­tifs au monde. »

Anne Hidalgo, Première Adjointe au Maire de Paris

« L’importance du tournoi de Roland‐Garros pour l’image de la capi­tale à l’échelle inter­na­tio­nale est indé­niable. Roland‐Garros est un évène­ment majeur, inscrit dans le patri­moine de Paris, ce tournoi lui offre un visage auquel personne ne veut renoncer. De même, le patri­moine, c’est très impor­tant. Par exemple, la ques­tion des serres a été fonda­men­tale dans les choix que nous avons faits ensemble. Le fait de pouvoir offrir aux Parisiens, au monde entier, à tous les visi­teurs et bien sûr à ceux qui vont regarder ce tournoi à partir des télé­vi­sions, un spec­tacle avec une réno­va­tion de ces serres histo­riques… On ne les touche pas, on le répé­tera puisque certains s’éver­tuent à intro­duire ce type d’am­bi­guïté. Les serres histo­riques ne sont pas touchées et on va même construire de nouvelles serres autour, joindre ce projet bota­nique au projet sportif et de tennis et construire de nouvelles serres qui seront aussi dans l’es­prit de Formigé mais adap­tées au 21ème siècle. »

Gilbert Ysern, Directeur général de la FFT

« Il faut jouer sur nos atouts, sur nos forces, plutôt que d’essayer d’aller jouer sur le terrain des autres dans la course au gigantisme.
Ce choix de rester à Paris induit le choix parfai­te­ment assumé de la dimen­sion quali­ta­tive que l’on privi­légie à l’as­pect quan­ti­tatif. Rester à Paris, c’est accepter un certain nombre de contraintes et de limites pour notre stade et nous l’as­su­mons. Nous n’avons pas la préten­tion d’être le plus grand stade du monde. Des personnes vont conti­nuer à faire plus que nous. Rester ici, c’est choisir de faire toujours mieux et pas toujours plus. C’est un choix que nous assu­mons parfaitement.
Pour autant, nos besoins seront plei­ne­ment satis­faits dans ce nouveau stade. C’est impor­tant de le rappeler. Nos besoins sont, nous le savons, un toit sur le court Philippe‐Chatrier pour d’évi­dentes raisons de conti­nuité du jeu et l’obli­ga­tion, pour rester dans le concert des grands, d’of­frir à toutes les popu­la­tions ce qui fait le succès du tournoi : des condi­tions de trai­te­ment, d’accueil, de confort, qu’elles commencent à ne plus rencon­trer aujourd’hui. Ce confort se décline sur deux axes. C’est un confort en termes d’espace. On a besoin de plus d’es­pace, notam­ment pour notre public qui est un peu confiné dans un espace restreint, sur nos 8,5 hectares, ce que l’on appelle le triangle histo­rique. Donc davan­tage d’espaces décou­verts pour le public mais égale­ment de locaux abrités des regards, de la pluie, des locaux tech­niques, des locaux pour les joueurs, pour les médias, pour le public, pour nos parte­naires, bref pour toutes les familles qui font le succès du tournoi. Tous ces besoins seront plei­ne­ment satis­faits dans notre futur stade. »

En bonus, la vidéo du projet de modification.


Le projet d’ex­ten­sion de Roland Garros par mairie­de­paris

Instagram
Twitter