AccueilActualitéL'organisation doit se remettre en question

L’organisation doit se remettre en question

-

Il est temps de faire quelques bilans et si ce Roland‐Garros 2019 a été un très bon cru d’un point de vue sportif, il a été chao­tique en terme de program­ma­tion démon­trant l’in­ca­pa­cité de l’équipe du tournoi à trouver des solu­tions ou des vrais compromis. Or il s’agit bien de cela quand on est à la tête d’un tournoi du Grand Chelem où l’on sait que les demandes voire les exigences de certains cham­pions sont perma­nentes. Dans ce registre la direc­tion a manqué soit de poigne, soit de réseaux confir­mant certaines limites.

L’art de gouverner, de manager, c’est aussi l’art de tenir ses troupes. Quand Serena fait virer Thiem de sa confé­rence de presse, c’est bien parce que l’ordre est venu d’en haut qu’elle pouvait se permettre cet affront. Quand Stan et Grigor se retrouvent sur le Court 1, c’est bien parce que le direc­teur du tournoi a expliqué qu’il fallait faire avancer son tournoi. Quand hier, le match entre Novak Djokovic et Dominic Thiem ne reprend pas, c’est surement parce que le numéro 1 mondial est allé dire deux mots aux organisateurs. 

On sera moins sévère sur la program­ma­tion des demi‐finales dames bien que l’on aurait pu trouver une solu­tion plus conven­tion­nelle. Enfin, on ne pourra qu’une nouvelle fois déplorer l’idée perma­nente de voir le central vide avec des loges placées aux mauvais endroits. La direc­tion du tournoi pour­rait d’ailleurs faci­le­ment iden­ti­fier les fautifs et expli­quer à ces joyeux spon­sors qui exploitent allè­gre­ment les valeurs de ce sport à coups de spots télé­visés que la moindre des choses est d’abord d’en respecter les acteurs. 

Bref, si sur les courts on a assisté à des duels de toute beauté, on peut regretter ce manque d’an­ti­ci­pa­tion et cette impres­sion de cafouillage. L’époque de Jacques Dorfman est terminée, tout se gère aux milli­mètres, les égos sont impor­tant et les enjeux écono­miques aussi. La créa­tion du toit l’année prochaine ne résoudra pas tous les problèmes, il est temps de se remettre en ques­tion et de tirer un vrai bilan de ces dysfonctionnements.