AccueilMahut : "Je pourrai arrêter de roucouler dans les vestiaire"
Array

Mahut : « Je pourrai arrêter de roucouler dans les vestiaire »

-

Nicolas Mahut signe la perfor­mance de la journée en domi­nant en 4 manches Andy Roddick. Très heureux, relax, mais aussi très précis dans ses réponses, le Français a livré ces impres­sions après l’un des succès majeurs de sa carrière.

Voila, enfin une belle victoire à Roland Garros !
Exactement, même si forcé­ment ce n’était pas le Roddick numéro 1 mondial. En effet, rare­ment l’on peut breaker trois fois dans le même set Andy Roddick. Mais je ne veux pas mini­miser ce succès, je veux rester positif.

Au fond de vous, vous espé­riez quand même parvenir à faire un truc à Roland Garros ?
C’est évident, en même temps, le temps jouait en ma défa­veur. C’est fina­le­ment arrivé lors de ma dixième parti­ci­pa­tion, à 30 ans. Lors du match, j’ai voulu aussi profiter de l’évè­ne­ment, du public, de toutes ces ondes posi­tives. D’ailleurs, j’en profite pour remer­cier Guy Forget et le comité d’or­ga­ni­sa­tion, parce que me programmer en dernier match sur le Lenglen face à Roddick, c’était plutôt un bon choix, un beau cadeau.

Ce succès a été construit grâce à votre capa­cité d’at­ta­quer sans cesse...
C’est ma ligne de conduite, et j’ai décidé de rester là dessus pendant tout le tournoi. Je sais que dans mon jeu il y a des hauts et des bas, donc je ne dois jamais pani­quer. De plus avec ces condi­tions, cette chaleur, un jeu offensif est plutôt favo­risé. Avant dans ma carrière, je me posais trop de ques­tions, main­te­nant j’ai vrai­ment décidé de jouer mon jeu, et c’est tout. Face à Roddick, je me suis aussi appliqué à agresser son revers car je sais qu’il n’aime pas ça. 

C’est surement la seule façon de gagner des matches…
C’est évident. C’est ce que je me dis main­te­nant, peut être que j’aurai du prendre cette déci­sion il y a dix ans (rires).

Finalement, vous faites coup double puisque vous n’aviez jamais battu Roddick ?
J’étais un peu son pigeon, j’avais toujours perdu face à lui, main­te­nant je vais moins roucouler dans les vestiaires ! (rires)

Cette perfor­mance peut‐elle être celle d’un nouveau départ ?
Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que fina­le­ment, dans ce sport, on peut toujours progresser et cela même quand on a 30 ans. Aujourd’hui, je me sens mieux dans mon tennis, mieux dans mes choix, après il faut juste que je sois épargné par les pépins physiques. 

PS : Merci pour vos commen­taires, dans le chaud de la retrans­crip­tion de l’in­ter­view, je me suis trompé, il s’agis­sait pas de Roddick qui va cesser de roucouler mais de Nicolas Mahut. Le titre a donc été changé à mon retour du stade au desk de la rédac­tion à Paris, ce soir à 1H24. Merci d’ac­cepter nos excuses. Un fil info vient d’être rédiger pour éviter une polé­mique inutile.

De votre envoyé spécial à Roland Garros

Article précédentFederer papa poussette
Article suivantSD : Vénus passe Ormaechea