AccueilMonfils : "Il faut continuer à travailler et les objectifs sont super...
Array

Monfils : « Il faut continuer à travailler et les objectifs sont super élevé »

-

Honnête, Gaël Monfils a reconnu la supé­rio­rité de Dominic Thiem qui a livré une pres­ta­tion parti­cu­liè­re­ment impres­sion­nante (6–4, 6–4, 6–2) pour rejoindre les quarts de finale. Le Parisien veut garder sa ligne direc­trice fixée depuis le début d’année et espère que ça paiera pour la suite.

Gaël, comment expliquez‐vous ce début de match ?

Je n’ai pas fait un bon début de match et je n’ai pas vrai­ment d’explication. Je commets deux doubles fautes dans le premier jeu, je fais beau­coup de fautes assez rapi­de­ment… J’avais envie d’être agressif, peut‐être trop. Il y a eu 3–0 double break très vite et lui a fait ce qu’il avait à faire, le peu qu’il avait à faire.

Qu’est-ce qui prime après cette élimination ?

Je suis déçu… Après il faut conti­nuer à travailler et les objec­tifs sont super élevés. Les diffi­cultés le sont aussi et le travail le sera égale­ment. C’est juste une étape. C’est cool, c’est ce qui fait le sport et me donne envie de me dépasser. J’ai la chance d’avoir de gros objec­tifs et de pouvoir les rêver. Maintenant, je travaille pour pouvoir les réaliser. Les diffi­cultés sont énormes et je suis prêt à essayer de les passer une par une. Aujourd’hui (lire ce lundi), je n’ai pas réussi à fran­chir cette première diffi­culté. Il y en aura d’autres. J’espère qu’au fin mot de l’histoire, j’y arri­verai au moins une fois.

Avez‐vous l’im­pres­sion d’avoir été impuissant ?

Non, pas forcé­ment. Aujourd’hui, j’ai essayé de mettre en place quelque chose de diffé­rent en restant dans le match sans trop mani­fester, sans trop changer à l’extrême de plan tactique et d’émotion. Par rapport à ça, j’ai réussi à le faire. Je n’ai pas eu un gros chan­ge­ment ou écart dans mon atti­tude ou dans mon jeu. C’est quelque chose qu’on avait décidé avec le coach.

Regrettez‐vous de ne pas avoir mis de folie ?

Je n’ai pas fait un mauvais match. Je n’étais juste pas assez fort pour lui. J’étais dans mon plan de jeu qui n’était pas le bon. On me reproche souvent de créer de la folie, mais j’étais dans mon match, je suis resté concentré du début à la fin. Mon match est bon, mais pour gagner il fallait réussir un très grand match. Il y a un gros écart entre lui et moi. Il est beau­coup plus fort que moi et je n’ai aucun problème à l’admettre.

Que restera‐t‐il de ce tournoi ?

Depuis le début de la saison, j’essaie de mettre des choses en place. J’ai des gros objec­tifs. On en parle souvent avec le coach (Liam Smith). C’est une étape, il y a encore de gros tour­nois qui arrivent. On va apprendre de ce parcours et on va se concen­trer pour les prochains objectifs. 

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros