AccueilNadal : "De bonnes sensation"
Array

Nadal : « De bonnes sensation »

-

Facile vain­queur de Quentin Halys (6–3 6–3 6–4), Rafael Nadal est revenu en confé­rence sur sa perfor­mance et celle du jeune Frenchie de 18 ans. Mais Rafa a égale­ment été ques­tionné sur Carlos Bernades. Intéressant vous allez voir.

Qu’avez-vous pensé de votre adver­saire, Quentin Halys ?

« Je pense qu’il a bien joué et a été agressif. Il a fait des fautes mais que vous prenez des risques, c’est normal de commettre des erreurs. Il est un des jeunes joueurs du circuit. Le tennis change dans cette voie, jeune et agressif. Le circuit évolue dans ce sens avec des balles plus fortes et rapides pour toujours cher­cher le coup gagnant. Quand il joue de cette manière et met la balle dedans, je ne peux rien faire. Lorsque le point s’installe, je pense que je peux bien le gérer. »

Et vous, quel est votre avis sur votre jeu ?

« Comme je l’ai dit aupa­ra­vant, ce n’est pas facile de jouer contre quelqu’un qui cherche le coup gagnant de n’importe où. Mais mes sensa­tions ont été bonnes aujourd’hui (lire ce mardi). J’ai pu changer les direc­tions avec mon coup droit, et j’ai lâché des coups droits long de ligne. Après les trois premiers jeux, j’ai commencé à bien bouger. Je suis satis­fait de mon match. »

Rafael, pouvez‐vous nous expli­quer ce qu’il s’est passé avec Carlos Bernardes ?

« Il y a beau­coup d’arbitres sur le circuit. J’ai du respect pour Carlos Bernades. Pour moi c’est un grand arbitre et une bonne personne. Après quand vous rencon­trez des problèmes avec le même arbitre, il est évident qu’il faut peut‐être éviter que son match soit géré par lui. C’est mieux pour nous deux, notam­ment après ce qui s’est passé à Rio (…) Oui c’était ma demande et j’en ai parlé à l’ATP. Mais je le respecte et je n’ai rien contre lui, je le respecte en tant qu’arbitre et personne. Bien évidem­ment que je souhaite voir Carlos Bernardes à nouveau sur un court, mais on verra. Nous avons eu des problèmes et il ne m’a pas mani­festé du respect lorsqu’il m’a mis un aver­tis­se­ment à Rio sur la manière dont j’ai mis mon short. Comme je l’ai dit, je l’aime bien et je le respecte. Mais comme il m’a manqué de respect, je me suis dit qu’il ne fallait plus que je sois arbitré par lui pour le moment. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros