AccueilNadal : "Djokovic est le meilleur joueur du monde"
Array

Nadal : « Djokovic est le meilleur joueur du monde »

-

Alors qu’il avait refusé d’aborder ce match depuis le tirage au sort, Rafael Nadal n’a pas échappé aux ques­tions après sa victoire sur Jack Sock. L’affiche de rêve va enfin avoir lieu…

Rafael, qu’avez-vous pensé de votre match ?

« Je pense avoir joué deux très bons premiers sets. Je suis très heureux de la manière dont j’ai joué. J’ai été très agressif, avec peu de fautes. Au troi­sième, j’ai perdu en inten­sité. Pour être honnête et réaliste, j’ai seule­ment fait un bon jeu, à 3–2. Aujourd’hui, mon service a été le moins point. C’est pour ça qu’il a pu mes breaker à deux reprises dans le troi­sième et même dans le quatrième lorsqu’il mène 0–40 (à 2–1). J’ai été chan­ceux. Mais c’était un match très positif. Je suis heureux. Même si j’ai souf­fert au début du quatrième, je suis satis­fait de la manière avec laquelle j’ai réagi. J’ai continué à me battre pour bien finir. »

Maintenant, c’est le match que tout le monde attend…

« Oui, main­te­nant on peut en parler (rires). C’est proba­ble­ment le quart de finale le plus dur de ma carrière à Roland‐Garros. Ce n’est pas une finale mais un quart. Ce n’est pas un match pour être cham­pion mais pour aller en demies. C’est une grande diffé­rence. Même si c’est un match spécial, ça reste un quart de finale. Ce ne sera pas une finale comme les autres années. »

Vous avez eu des matches assez faciles jusqu’à présent. Perdre ce set peut‐il être bon avant le quart de finale ?

« Je préfère gagner en trois sets (rires). J’ai perdu un set. J’ai accepté la situa­tion et j’ai continué de me battre. J’ai adopté la bonne approche. J’ai joué point par point. Le quatrième set était bon et m’a permis d’engranger de la confiance. C’est un bon joueur (Jack Sock). Il est parti­cu­liè­re­ment dange­reux. Je jouais bien quand j’ai connu une baisse d’intensité. Je lui ai laissé l’occasion de frapper ses coups, de les lâcher. Je sais que si j’avais continué de jouer comme dans les deux premiers, l’histoire aurait été différente. »

Par rapport au match de Monte‐Carlo contre Novak Djokovic, que devez‐vous faire de différent ?

« J’ai bien joué à Monte‐Carlo. J’ai perdu 6–3 6–3 mais mon niveau était bon. Ici, c’est Roland‐Garros, un tournoi diffé­rent. Mais à Monte‐Carlo, je perds 6–3 6–3, un score facile, mais pas un match facile. Je vais devoir monter en puissance. »

Qu’est-ce que possède Nadal pour lutter contre Novak Djokovic ?

« Je ne sais pas. On le verra après‐demain. Avant un match, on ne peut pas deviner le futur. C’est quand on commence à jouer que l’on peut avoir des infor­ma­tions. Quand tu termines le match, tu te rends compte si c’était suffi­sant ou pas. Il est le meilleur joueur du monde. Il a confiance en lui et il est dans une forme excep­tion­nelle. Il a presque gagné tous ses matches, il a seule­ment deux défaites. Lorsqu’on joue très bien, que l’on gagne beau­coup, la confiance en soi est plus impor­tante. Le fait de sortir du court sans trem­bler, sans avoir de doute est une qualité impor­tante pour gagner des grands matches. Ma situa­tion n’est sans doute pas la même que la sienne. Je vais essayer de faire un de mes meilleurs matches. Ce n’est que comme ça que j’aurais l’occasion de le battre. C’est un tournoi et un court que j’adore. Je vais tout faire pour l’emporter. Et si ce n’est pas suffi­sant, je passe­rais au prochain tournoi tout en gardant cette pente ascen­dante sur laquelle je suis depuis plusieurs mois. Je n’ai plus de problème avec mes nerfs, comme je pouvais l’avoir en début de saison. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros