AccueilNadal : "Je ne me considère pas comme le favori"
Array

Nadal : « Je ne me considère pas comme le favori »

-

Vainqueur à Rome, Rafael Nadal s’est rassuré avant d’arriver à Paris où il visera un 12e titre. Présent en confé­rence de presse, l’Espagnol a fait le point sur ses sensa­tions et sa prépa­ra­tion pour la deuxième levée en Grand Chelem de la saison, lui qui ne se consi­dère pas comme le favori mais comme un candidat. Morceaux choisis.

Sur sa préparation…

« Après Rome, je suis allé chez moi à Manacor. J’ai été un jour au golf, un jour en famille et je suis arrivé ici. J’ai eu deux bons entraî­ne­ments depuis que je suis à Paris. Je vais conti­nuer à bien me préparer et tenir ce niveau. »

Sur les diffé­rences de sensa­tion entre Monte‐Carlo et maintenant…

« C’est diffi­cile de dire un pour­cen­tage, mais les sensa­tions tota­le­ment diffé­rentes. Mon énergie inté­rieure, mes dépla­ce­ments, ma manière de frapper la balle, je crois que tout est diffé­rent depuis Monte‐Carlo. »

Sur le nouveau court Philippe‐Chatrier…

« Le chan­ge­ment signi­fi­catif concerne la couleur des sièges dans les gradins et derrière la tribune prési­den­tielle où les vitres se voient beau­coup plus. Après, j’ai la même sensa­tion de jeu sur le court. Je n’ai pas vu une différence. »

Sur les favoris du tournoi…

« Je ne sais pas et ça ne m’importe peu de savoir si je suis ou pas le favori. Ce qui compte, c’est de bien jouer. Je ne me consi­dère pas comme le favori, je suis un candidat. Maintenant, si vous voulez des noms je vais dire ceux que tout le monde connaît : Thiem, Novak, Roger, Tsitsipas qui joue bien, Del Potro, Nishikori… La seule chose qui m’intéresse c’est moi et mes sensa­tions. Si je suis à 100%, j’aurai une chance d’être compé­titif et de réaliser un bon tournoi. Gagner dépend de beau­coup de choses. Pour moi, l’unique favori sera celui qui soulè­vera la coupe dimanche dans deux semaines. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros