AccueilNadal : "Je reviendrai"
Array

Nadal : « Je reviendrai »

-

On ne pensait pas que l’aventure s’arrêterait ainsi. Rafael Nadal a été surclassé par Novak Djokovic. En confé­rence de presse, l’Espagnol a tout simple­ment reconnu la supé­rio­rité du Serbe. Fidèle à lui‐même, le Majorquin explique qu’il veut revenir plus et surtout plus en confiance pour 2016.

Après une entame de match catas­tro­phique, vous étiez revenu dans le set. Cette première manche a été la clé ?

« Novak a contrôlé presque la plupart du temps. Il a été meilleur que moi. C’est simple : quand votre adver­saire joue mieux que vous et qu’il est dans une meilleur forme que vous, il se passe ce qu’il s’est passé. Je tiens à le féliciter. »

Vous perdez contre Novak Djokovic, qui est actuel­le­ment le meilleur joueur du monde. Cela attenu t‑il votre peine que si vous aviez perdu contre un joueur moins bon ?

« Comme je le dis chaque année quand je gagnais ici, la seule chose qui me rend heureux est d’avoir le trophée avec moi. Peu importe l’adversaire. Le plus impor­tant est le titre. Aujourd’hui (lire mercredi), j’ai perdu en quarts de finale de Roland‐Garros. C’est vrai que je perds contre le meilleur joueur. C’est tout. »

Imaginiez‐vous une telle une situa­tion, une telle issue ce matin ?

« J’ai des doutes sur moi‐même depuis 11 jours que je joue ici. J’ai gagné neuf fois et j’ai perdu à deux reprises. Parfois les choses se passent bien, parfois non. Quand vous jouez contre un adver­saire qui a presque gagné tous ses matches comme l’a fait Novak et que tu n’es pas assez régu­lier sur le match, c’est une issue possible. Je ne suis pas content de mon premier set, le deuxième set oui. C’était une bonne bataille. Au troi­sième, je ne suis pas satis­fait de ce que j’ai essayé. »

Rafael, c’est seule­ment votre deuxième à Roland‐Garros. Arrivez‐vous à gérer ce revers comme n’importe quel autre ou c’est diffé­rent car c’est à Paris ?

« Ce n’est pas une grosse surprise. Je n’avais pas beau­coup gagné avant de venir ici. C’est quelque chose qui pouvait arriver. Quand vous voyez le tableau, un quart de finale contre Novak, c’est évidem­ment tôt. J’étais content du niveau que j’avais retrouvé depuis le mois dernier, mais ce n’était pas assez pour jouer et gagner contre un joueur comme Novak. Je vais conti­nuer à me battre. J’ai perdu en 2009, ce n’était pas la fin. Je perds en 2015 et ce n’est pas la fin aussi. Je revien­drai l’année prochaine pour saisir ma chance. »

Que pensez‐vous du niveau de Novak Djokovic ? Ce sera diffi­cile de continuer ?

« Il a encore deux matches à jouer, mais ce genre de rencontre augmen­tera sa confiance. Il est dans la meilleure période de sa carrière. Il a de bonnes chances de gagner ici. »

Est‐ce que l’on peut dire que cette défaite met fin à votre dynastie à Roland‐Garros ?

« La seule chose que je sais est que j’ai gagné neuf fois ici. Je ne sais pas si j’en gagne­rais un dixième, mais je les ai les neuf (rires) ! Je revien­drais l’année prochaine et essaye­rais d’être plus compé­titif en étant mieux préparé que cette année. Je devrais arriver avec un peu plus de confiance. Je n’ai pas envie de parler de dynastie. J’ai eu beau­coup de succès ici, neuf titre en onze ans. J’ai perdu deux fois. Tout le monde perd dans un endroit ou un autre. J’ai peu perdu ici mais ce jour est arrivé aujourd’hui. Encore une fois, j’accepte la défaite et la seule chose dont je suis sûr : je veux travailler dur pour revenir plus fort. »

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros