AccueilNadal ne pouvait pas s'arrêter si tôt
Array

Nadal ne pouvait pas s’arrêter si tôt

-

Rafael Nadal a du s’employer pour venir à bout d’un David Ferrer très en forme mais qui a craqué sur la fin. Victorieux en quatre sets 4–6, 6–4, 6–0, 6–1, le numéro un mondial retrouvera Murray ou Monfils en demi‐finales. 

4–6, 6–4, 6–0, 6–1. Un score qui parait sévère à première vue. Mais qui ne reflète pas lutte acharnée entre les deux hommes. D’entrée de match, la furia espa­gnole était à l’oeuvre. David Ferrer, atta­quant chaque balle avec une énergie folle, a joué le feu pendant près d’une heure, atta­quant notam­ment avec toute sa hargne le revers du numéro mondial. Un revers aux abonnés absents aujourd’hui. Un choix tactique payant qui lui offrait le premier set 6–4. Sous les yeux d’un public admi­ratif. Le réveil du Majorquin inter­viendra dans le second acte. De grandes claques en coup droit, celle qui font toujours si mal, mettront Ferrer à terre. 6–4, 4–6, la chance de « Ferru » était passée. La perte du deuxième set sera fatale au numéro deux espa­gnol. Cogitant trop, il lâchera complè­te­ment tant dans la tête que dans les jambes. De grosses fautes directes tout le long du set en sont les témoins. Pauvre David, qui a payé la débauche d’énergie de son début de match impec­cable et qui n’a pas pu tenir le rythme dantesque imposé par son compa­triote. Au bout du rouleau, les deux derniers sets ne seront qu’une lente agonie face à un Nadal qui semblait toujours aussi frais physi­que­ment. Mais qui n’au­rait pas décrié face à un tel niveau déployé par le numéro un mondial ? Serrant les poings, s’en­cou­ra­geant aux « Vamos », Rafa corrigea ainsi Ferrer 4–6, 6–4, 6–0, 6–1.

Nadal a laissé passer l’orage

Inquiété dans la première manche, Rafael Nadal a ensuite fait parler toutes ses qualités pour s’im­poser dans un match ô combien diffi­cile à négo­cier. Le mental hors‐norme du cham­pion et ses énormes capa­cités physiques auront fait la diffé­rence en fin de match. Alors que le Majorquin se disait gêné au dos en début de tournoi, il n’en a rien été ce soir. Solide au service, effi­cace en fond de court, ce mal semble, pour l’ins­tant, avoir disparu. Ferrer lui aussi aura complè­te­ment disparu de la circu­la­tion, à l’orée du troi­sième set. Cramé physi­que­ment, il n’a pas pu faire plus et a touché ses limites ce soir. Le fina­liste de l’édi­tion passé risque donc de perdre de gros points à l’issue de la quin­zaine. Mais revoilà donc Nadal pour la cinquième année consé­cu­tive en demi‐finale. Une habi­tude pour le maître des lieux. Il retrou­vera dans le dernier carré Murray, qui vient de s’im­poser face à Gaël Monfils, certai­ne­ment sur le Chatrier cette fois‐ci. 

    1. Eugénie Bouchard, après sa quali­fi­ca­tion en 12 à Roland Garros : « Je veux faire comme Federer, 20 demi‐finales de suite ! »

    2. Gulbis ? Attrape‐le si tu peux !

    3. Le sondage de Roland Garros : à mi‐parcours, qui va l’emporter ? Djokovic ? Nadal ? Sharapova ? Une surprise ?