AccueilNadal vers un 3ème titre à Madrid?
Array

Nadal vers un 3ème titre à Madrid ?

-


Rafael Nadal arrive à Madrid avec le statut de grand favori. Le Majorquin, qui vient de s’im­poser à Monte Carlo et Barcelone, veut réaliser la passe de trois. Une victoire qui lui permet­trait de s’im­poser pour la troi­sième fois dans la capi­tale espa­gnole pour asseoir un peu plus sa supé­rio­rité sur terre.

Après, Monte Carlo et Barcelone, voici Madrid. Troisième étape de la saison terre de Rafael Nadal. L’Espagnol, invaincu sur terre battue depuis 21 matchs, rejoint la capi­tale espa­gnole, sûr de ses forces. Sur le Rocher et en Catalogne, le numéro deux mondial remporte ses 33ème et 34ème titres sur la surface ocre. Deux tour­nois pendant lesquels, Rafa n’a pas perdu un set. Deux tour­nois qui lui permet d’ar­river prêt physi­que­ment et tech­ni­que­ment avant la doublette Madrid‐Rome. Lors du premier Masters 1000 de la saison sur terre, le protégé de Toni s’est imposé sans avoir besoin de déployer tout son talent. Sans briller, Rafa fait le job et se montre quand même très facile. Au passage, il en profite enfin pour battre Djokovic en finale. A Barcelone, le Majorquin est encore plus facile. La machine est en route. Seul Ferrer le bous­cu­lera en finale. Mais trop fort, Nadal gagne les points impor­tants. Et encore une fois, il glane le trophée en battant son pote Ferrer. Comme souvent, Rafa a l’air intou­chable sur terre.

Mais à Madrid, Rafa devra composer avec le retour de Federer et certai­ne­ment avec une bien meilleure forme de Djokovic, que lors de la finale à Monte Carlo. Si on enlève Fish et Murray, tous les joueurs du Top 10 seront présent en Espagne. De quoi procurer des vrais tests pour Nadal. L’espagnol n’at­tend que ça, pouvoir s’im­poser sur terre battue et, ce, face aux meilleurs. Et pour­quoi pas prendre sa revanche contre Djoko qui l’avait battu en finale l’an dernier ? Si le Majorquin venait à s’im­poser à Madrid, il y gagne­rait un troi­sième trophée, sur une troi­sième surface diffé­rente. Après s’être imposé sur dur, en 2005, face à Ljubicic en ayant perdu les deux premiers sets, le Majorquin soulève le trophée sur terre battue, en 2010, en s’of­frant le scalp de Federer. Cette année, il pour­rait donc gagner sur une autre terre, la fameuse terre de couleur bleu. Et si la surface qui fait tant parler depuis des semaines était le prin­cipal adver­saire de Rafa ? ». Aucun joueur n’est d’ac­cord avec cette nouvelle couleur. Nous allons enchaîner Madrid et Rome. Madrid est déjà le seul tournoi à se jouer en alti­tude et main­te­nant ils ont mis une couleur de terre diffé­rente. Il n’est pas bon qu’il y ait trop de diffé­rences entre Madrid et Rome ».

A Madrid, Rafa a l’oc­ca­sion de faire gonfler encore un peu plus ses statis­tiques sur sa surface de prédi­lec­tion. D’autant plus que cette periode de l’année est faste pour lui. Depuis 2005, il remporte au moins trois titres entre Monte Carlo et Roland Garros. Et que ce soit Barcelone, Monte Carlo, Rome ou Hambourg, le numéro deux mondial les avale souvent d’af­filée. Histoire de faire grouper. Histoire d’im­primer un peu plus sa marque avant Roland Garros.

La tenue de Rafael Nadal, ici !