AccueilActualitéNalbandian : "Le rythme est de plus en plus difficile à tenir"

Nalbandian : « Le rythme est de plus en plus difficile à tenir »

-

David Nalbandian a subi une défaite très déce­vante, au premier tour de Roland Garros. L’Argentin s’est fait battre par Adrian Ungur, 6–3 5–7 6–4 7–5. En confé­rence de presse, il est néan­moins apparu détendu ou, plutôt, résigné. David semble regarder sa situa­tion avec beau­coup de luci­dité, même s’il ne parvient pas à l’expliquer.

Que s’est‐il passé, David ?

Je n’ai pas bien joué. Ce sont des choses qui arrivent. Je n’ai aucune idée de la façon dont j’ai joué, aujourd’hui, ni même du score. Evidemment, ça aurait été bien de gagner, mais, aujourd’hui, ce n’était clai­re­ment pas possible. 

Comment vous l’expliquez ?

C’était un match raté. Raté. Ca arrive, de rater des matches. En ce moment, je vis beau­coup de hauts et de bas. Jusque dans mes matches, ça va, ça vient. C’est très diffi­cile de trouver une expli­ca­tion à ça. D’ailleurs, je n’ai pas gagné beau­coup de rencontres, cette année…

Qu’est‐ce qui fait qu’il vous est de plus en plus diffi­cile de remporter des matches ?

Difficile, c’est diffi­cile et de plus en plus diffi­cile, chaque année. Le rythme est de plus en plus diffi­cile à tenir. Et puis, après trois opéra­tions, c’est aussi normal d’avoir progres­si­ve­ment plus de mal à gagner. C’est tout à fait naturel de perdre des matches dans ces conditions. 

Quel est votre programme pour les semaines qui viennent ?

Je vais jouer au Queen’s, puis à Wimbledon. 


On parle beau­coup de Rafael Nadal et de Novak Djokovic, qui peuvent entrer dans l’his­toire en cas de victoire, ici, à Roland Garros. Quel est ton senti­ment sur ces deux joueurs ?

Ils sont tous deux excel­lents, ce sont de vrais cham­pions qui vont tenter de gagner un tournoi très diffi­cile. Pour moi, Rafa a l’avan­tage, parce que c’est sur terre battue. Mais c’est loin d’être joué, ce sont tous les deux d’im­menses champions.

De votre envoyé spécial à Roland Garros.

Publié hier, à 17h34, repro­posé aujourd’hui, à 07h56