AccueilActualitéPaire : "Déception et frustration"

Paire : « Déception et frustration »

-

Benoît Paire est apparu très déçu de son match face à David Ferrer, en confé­rence de presse. Le Français n’a jamais pu mettre son jeu en place dans cette rencontre.

De la déception ?

« Je rentre sur le court, je joue Ferrer, je sais que ça va être un match compliqué et diffi­cile à gagner. Au final, il y a beau­coup de décep­tion et de frus­tra­tion. Je ne suis jamais arrivé à bien jouer, à part dans les deux premiers jeux, où je sers très mal, mais m’en sors quand même en étant bien au fond. Je n’ai pas réussi à mettre mon jeu en place. Ce n’était pas un manque de moti­va­tion, je suis émoussé physi­que­ment et menta­le­ment. Le match contre Ramos a laissé beau­coup de traces. Je suis arrivé sur le court avec des contrac­tures et des cour­ba­tures de partout. Ce n’est pas facile. Surtout quand on joue Ferrer et qu’on se dit qu’il va y avoir quelques échanges, norma­le­ment ! »

Une diffé­rence entre un joueur hors top 50 et le 6ème mondial ?

« Ca va faire préten­tieux, mais non, je ne trouve pas qu’il y a une diffé­rence. Ramos avait une balle plus lourde. Aujourd’hui, il n’y avait que des balles courtes, où je pouvais atta­quer à chaque fois. Le problème, c’est que j’étais moins bien en jambes que la dernière fois. J’ai loupé. Il a sorti quelques bons passings. Mais j’at­ten­dais presque la balle. Je me deman­dais : « Pourquoi je n’y vais pas ? Je peux y aller sur chaque balle ! » Je me préci­pi­tais peut‐être un peu trop. Et puis je parlais beau­coup, je cogi­tais pas mal. Je ne veux pas paraître préten­tieux, mais je n’ai pas eu l’im­pres­sion d’avoir eu à rattraper une balle sur laquelle je me serais dit : « C’est impos­sible. » Il ne me faisait pas vrai­ment de coups gagnants. Je n’ai pas eu l’im­pres­sion, sur le terrain, qu’il me domi­nait énor­mé­ment. J’ai eu l’im­pres­sion de faire beau­coup de fautes. »

De votre envoyé spécial à Roland Garros.

Article précédentTipsa DJ avec Monfils
Article suivantSD – Wozniacki sans soucis