AccueilActualitéPour l'ITF, aucun joueur de tennis russe n'est concerné par le dopage

Pour l’ITF, aucun joueur de tennis russe n’est concerné par le dopage

-

Exclue des compétitions internationales majeures pour les quatre prochaines années, la Russie est dans l’oeil du cyclone depuis la décision de l’Agence Mondiale Antidopage. L’ITF a tenu à calmer le jeu.

C’est offi­ciel depuis quelques heures, la Russie a été exclue de toutes compé­ti­tions inter­na­tio­nales pour les quatre prochaines années après avoir mani­pulé les données qu’elle devait fournir à l’AMA sur ses propres athlètes. Pour parti­ciper aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo en juillet prochain, les athlètes russes devront le faire sous une bannière neutre et prouver qu’ils ne sont pas dopés. Suite à cette annonce, la Fédération Internationale du Tennis (ITF) s’est montrée prudente en affir­mant qu’aucun joueur ou joueuse de tennis russe n’est impliqué dans une quel­conque affaire de dopage : « L’ITF n’a actuel­le­ment connais­sance d’aucun joueur ou joueuse de tennis russe mentionnée dans des circons­tances incri­mi­nantes dans le rapport McLaren (2016) et aucune preuve n’a été fournie à l’ITF à ce stade concer­nant la mani­pu­la­tion, la modi­fi­ca­tion ou la suppres­sion de l’an­ti­do­page, » a réagi Heather Bowler, la direc­trice de commu­ni­ca­tion de l’ITF avant de poursuivre.

« Aucune preuve n’a été fournie à l’ITF à ce stade concernant la manipulation, la modification ou la suppression de l’antidopage »

« Le tennis a une poli­tique anti­do­page de tolé­rance zéro. Tous les joueurs parti­ci­pant aux tour­nois du Grand Chelem et aux tour­nois sanc­tionnés par l’ITF, la WTA et l’ATP sont soumis au programme anti­do­page de tennis (TADP) conforme à l’AMA ; un programme complet qui comprend les passe­ports biolo­giques des athlètes, les contrôles en compé­ti­tion et hors compé­ti­tion et le programme de loca­li­sa­tion toute l’année. Les joueurs russes auront été testés dans le cadre du TADP, en dehors de la Russie. La déci­sion de l’AMA est suscep­tible d’appel de la part de RUSADA. Pour cette raison, nous ne commen­te­rons pas avant que ce processus n’ait atteint sa conclu­sion finale et que nous ayons eu l’oc­ca­sion d’en examiner les résultats. »