AccueilQu'attendre de Roger Federer à Roland Garros ?
Array

Qu’attendre de Roger Federer à Roland Garros ?

-

Roger Federer s’est fait sortir au 2ème tour, à Rome, face à Chardy.

Qu’attendre de Roger Federer cette année, à Roland Garros ? C’est une question qu’on peut légitimement se poser alors que le Suisse semble bien plus en forme que les années précédentes. Mais être plus en forme ne veut pas dire grand chose… Roger a‑t‐il la motivation suffisante pour viser un grand résultat du côté de la Porte d’Auteuil sur une surface loin d’être sa préférée ? Dans quel état mental se présente‐t‐il à l’orée du tournoi ? Eléments de réponse avec nos journalistes, Simon Alves et Gwendal le Priellec.

Au bas mot… pas grand‐chose !

Par delà les consi­dé­ra­tions de riva­lité entre Novak Djokovic et Rafael Nadal pour savoir qui de ces deux cyborgs rempor­tera Roland Garros, il subsiste un troi­sième nom qui est sur toutes les lèvres : Roger Federer. Ah, Roger… quand bien même atteindra‐t‐il 33 prin­temps au mois d’août prochain, le Suisse reste un nom, une icône, une idole à laquelle se rattachent beau­coup d’amou­reux de ce si noble sport. Ah il est mieux qu’en 2013, le 4e joueur mondial, ça c’est sûr ! Mais est‐ce bien suffi­sant ? Un peu moins sûr… Voyons quelles clés le Bâlois nous offre à l’orée d’une 16e campagne du côté de la Porte d’Auteuil. Sur le plan sportif déjà ! Rafael Nadal n’est pas au mieux, mais il reste dur à bouger à Roland, surtout lors de matchs au meilleur des cinq sets. Ne parlons pas de Novak Djokovic qui est en train de prendre un véri­table ascen­dant psycho­lo­gique actuel­le­ment sur le Majorquin… Dominé comme rare­ment par son compa­triote Stanislas Wawrinka en finale à Monte‐Carlo après le gain du premier set, soit son seul véri­table fait d’arme sur terre jusqu’ici, Roger présente une très grosse lacune : celle de n’avoir pu béné­fi­cier d’une prépa­ra­tion suffi­sante sur l’ocre.

Le problème de Federer ? Nadal, Djokovic… et sa préparation sur terre

Absent à Madrid derrière et sorti au premier tour à Rome par Jérémy Chardy, l’ex‐numéro 1 mondial a pris beau­coup de retard. La faute au deuxième facteur, extra‐sportif celui‐ci : Roger est de nouveau papa, et cet heureux événe­ment lui prend du temps, que ce soit en terme de gestion fami­liale comme mentale. Je vois d’ici venir les super­sti­tieux de tout genre brandir le cas de 2009 où pour la première fois père, Federer avait remporté Roland Garros et Wimbledon. Mais à l’époque, les jumelles étaient arri­vées après les deux Grand Chelem, lais­sant ainsi le temps au virtuose de se concen­trer sur son tennis… Bref, de mon côté, je ne vois pas grand‐chose de bon, si ce n’est une poten­tielle demi‐finale qui sera déjà très bonne pour le Suisse.

Simon Alves

Federer est capable de tout

Roger Federer peut réaliser de belles choses à Roland Garros. Et cela pour plusieurs raisons. A 32 ans, le numéro quatre mondial est en grande forme en ce début d’année 2014, après un exer­cice 2013 assez délicat. Un titre, à Dubaï, et trois finales, en témoignent. Monte Carlo est un moment réfé­rence dans la saison du Suisse, un tournoi où il s’est hissé en finale après avoir battu un certain… Novak Djokovic. Un signe très fort dans l’optique du seul Grand Chelem qu’il n’a remporté qu’une fois. Un retour au premier plan du maestro Bâlois presque inat­tendu alors qu’on avait plutôt tendance à enterrer le Suisse ces derniers temps. On nous a menti : il ne faut jamais se méfier des appa­rences. Roger arrive égale­ment sans pres­sion à Roland, qu’il avait remporté en 2009. Bien que sa prépa­ra­tion ait été tron­quée, du fait de la nais­sance de ses jumeaux, le Suisse n’a rien à perdre dans l’optique de la quin­zaine. Viser le titre peut paraître diffi­cile, voir présomp­tueux. Mais cela dépendra en grande partie du tirage au sort, afin d’éviter un ami de longue date nommé Nadal. 

Federer peut viser haut… avant de s’attaquer à Wimbledon

Federer peut donc encore viser haut, même si son objectif prin­cipal à moyen terme demeure Wimbledon. Sa régu­la­rité est aussi un élément qui plaide en sa faveur, puisqu’il a toujours atteint les quarts Porte d’Auteuil depuis 2005. Même l’ogre Nadal ne peut pas s’en vanter ! Plus symbo­lique, son sacre de 2009, dans le seul tournoi du Grand Chelem qui lui manquait encore, s’était égale­ment déroulé dans un contexte fami­lial très favo­rable pour lui. Il venait en effet de se marier avec sa femme Mirka en avril, quelques semaines avant Roland. La nais­sance de ses jumelles s’en était suivie, quelques mois plus tard. Simple super­sti­tion ? Pas forcé­ment : un Federer serein et heureux comme jamais est un Federer ultra‐dangereux. L’histoire pourrait‐elle alors se répéter, alors que ses jumeaux viennent de naître ? L’avenir nous le dira. Réponse le 8 juin.

Gwendal Le Priellec

  • Le T‑shirt de Roger Federer est enfin disponible