AccueilRafa enquille et la cara­vane passe
Array

Rafa enquille et la caravane passe

-

Est‐ce que c’est déjà le moment de sortir la calculette ? 
Toujours est‐il qu’à 22 ans Rafa est entrain de tout dévaster sur son passage. 5ème titre d« affilée à Monaco, 14e masters séries, et déjà 6 Grand Chelem au comp­teur, l’or­di­na­teur de l’ATP en perd son latin. Et que dire de son avance au clas­se­ment, rien, sinon rappeller les propos de Gilles Simon qui nous expli­quait avec luci­dité que l’Espagnol avait trois fois son capital, et ce malgré la place de 8e du Français. 
Est‐ce que tout est dit quand on a aligné les super­la­tifs et les chiffres ?
Sûrement pas, d’au­tant que Rafa a connu de vraies diffi­cultés lors de ce tournoi moné­gasque. Certains expliquent que lorsque l’on s’amé­liore sur d’autres surfaces en travaillant beau­coup on perd certains repères natu­rels sur sa surface de prédi­lec­tion. Cette analyse explique‐t‐elle les moments ou Rafa a été dominé et bousculé ?
Il est trop tôt pour le dire. Mais il semble que ses adver­saires, au fil des duels, cherchent la clé. Murray a joué bombé au centre, Djokovic a souvent visé le revers sur le même type de trajec­toires avant d’en­voyer quelques missiles dans le coin ouvert.
Il reste que tout cela s’est joué sur des rencontres en deux sets où le physique n’a pas la même place que sur des batailles au meilleur des 5 manches. On retiendra donc la fin du second set d’hier où Andy est passé tout près, et la deuxième manche impec­cable de Djokovic. 
Bref, Rafa carbure mais les pour­sui­vants progressent, cela promet un Roland Garros de feu d’au­tant que si le major­quin respecte son programme et met autant d’ar­deur à accu­muler les titres, il pour­rait arriver éreinté du côté de la porte d’Auteuil. 
Cela ne sera pas le cas de Monfils, ni de Tsonga. Pour Roger, le sujet fâche, donc on dira wait and see…

Instagram
Twitter