AccueilRafael Nadal: "Au bout d'un moment, ça me fatigue..."
Array

Rafael Nadal : « Au bout d’un moment, ça me fatigue… »

-

Dans un entre­tien d’une page complète dans le quoti­dien L’Equipe, Rafael Nadal revient sur ses derniers mois. Entre le sketch des Guignols sur le dopage des Espagnols, son rôle de porte‐parole des joueurs, et son tennis face à Novak Djokovic, l’Espagnol se livre.

Sur le sketch des Guignols de l’info
« Ca ne m’a pas fait rire, mais chacun son humour. Chaque pays a aussi un humour diffé­rent. L’humour fran­çais et l’humour espa­gnol ne sont pas les mêmes. D’un côté, j’ai compris le premier sketch, mais, en Espagne, il y a eu beau­coup trop de réac­tions par rapport à tout ça. Ca s’est multi­plié jour après jour. Mais bon, heureu­se­ment ça c’est arrêté. [… ] Mais je crois qu’il y a surtout un problème au fond de tout ça : il y a une partie de la popu­la­tion qui ne sait pas du tout ce qu’est le sport profes­sionnel. […] On doit être loca­li­sable 365 jours pars an. Pas un jour de libre ! Quand on sait tout ça, qu’on est un peu dans le milieu du sport, alors ce sketch continue à rester désa­gréable. […] Je n’ac­cepte pas qu’on m’éti­quette « dopé » alors que, depuis que j’ai sept ans, j’ai travaillé des milliers d’heures chaque putain de jour ! Au bout d’un moment, ça me fatigue. »

Sur son rôle de porte‐parole des joueurs
« Quand je m’implique dans quelque‐chose, je le fais à 100%. En ce qui concerne le calen­drier, je pense que 90% des joueurs sont d’accord sur le sujet. Il est trop chargé, il y a trop de bles­sures. J’aime le tennis, j’aime la compé­ti­tion et je ne veux pas me retirer à 27 ou 28 ans, personne ne le veut. […] J’ai perdu un peu trop d’énergie dans tout ça, c’est sûr, mais je pensais que les gens qui nous repré­sen­taient à l’ATP n’accomplissaient pas leur devoir. »

Sur son « meilleur ennemi, Novak Djokovic »
« Je dois améliorer mon tennis de façon globale pour avoir plus d’options contre Djokovic, mais je ne suis pas obsédé par qui que ce soit. Je pense moi bien avant de penser à Novak, à Federer, à Murray ou à Ferrer. Le matin, je me lève pour essayer d’être meilleur que la veille. […] Novak est dans une forme spec­ta­cu­laire, mais je suis passé près de la batte en Australie… […] Et les solu­tions sont là (il désigne son cœur), pas là (il pointe son index vers l’extérieur). »

Sur Roland Garros
« Si on me demande lequel des mes titres signifie le plus entre 2005 et 2011, la réponse pour­rait être 2005, parce que le premier, c’est toujours spécial. Mais en fait, non, parce qu’avec l’expérience, les diffi­cultés, les bles­sures, les défaites doulou­reuses, les bons moments et les mauvais vous prenez mieux conscience de combien c’est dur de gagner à nouveau. [… ] A chaque fois que j’arrive à Roland Garros, le premier senti­ment, c’est la nervo­sité… »

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans L’Equipe du jour (20÷03÷12), en vente dans tous les kiosques.

Nadal : « J’aime venir jouer ici »
Federer‐Nadal, course vers un 20ème titre en Master 1000
Federer au même niveau que Nadal

La tenue de Rafael Nadal, ici !