AccueilRoger Federer : "Gulbis est capable de grands matches face aux meilleur"
Array

Roger Federer : « Gulbis est capable de grands matches face aux meilleur »

-

Roger Federer a battu Dmitry Tursunov au 3e tour de Roland Garros, 7–5 6–7(7) 6–2 6–4.

Roger Federer est satisfait : le Suisse est qualifié pour les huitièmes de finale de Roland Garros pour la dixième année consécutive. Face à Dmitry Tursunov, il a lâché un set mais a fini par s’imposer, sans briller, mais tout en gestion, 7–5 6–7(7) 6–2 6–4. En conférence de presse, il envisage déjà son prochain match face à Ernests Gulbis, heureux d’avoir pu affronter jusque‐là des joueurs très différents.

Roger, quelles sont tes sensa­tions sur ce match ?

C’était un match diffi­cile, il m’a fallu lutter un peu en défense parce que Dmitry (Tursunov) est un joueur très agressif. Contre Schwartzmann, c’était diffé­rent, beau­coup plus en rythme, donc il m’a fallu m’adapter. C’est bien, je prends des repères au fur‐et‑à mesure des matches, je sais ce qu’il faut faire sur le court. Maintenant, on va discuter avec Stefan (Edberg) et Séverin (Lüthi, ses deux coaches) pour voir comment on va gérer Gulbis (NDLR : qu’il affronte en huitièmes de finale).

Justement, comment tu appré­hendes ce match face à Gulbis ?
Gulbis, c’est un gars qui a un super service et qui tente beau­coup de choses sur ses deuxièmes balles. Il a aussi un très bon revers, très simple dans la gestuelle, mais avec lequel il a énor­mé­ment de puis­sance, même sur les balles qu’il doit jouer au‐dessus de l’épaule. Il bouge aussi bien mieux qu’a­vant. Bref, c’est un joueur qui est capable de faire de grandes choses, de grands matches face aux meilleurs, on le sait tous. Il a gagné des tour­nois avant, il est vrai­ment très fort dès qu’il affronte des gars bien classés. Mais je me réjouis de le jouer, ça va être un bon match. 

Cela fait dix ans que tu es en deuxième semaine de Roland Garros. Tu as aussi main­te­nant gagné plus de 60 matches ici… Qu’est‐ce que ça te fait, tous ces records ?
Oh, je suis content, évidem­ment, même si l’im­por­tant, pour moi, c’est surtout de conti­nuer ma route dans le tournoi. C’est vrai que c’était sympa aussi d’at­teindre les 60 victoires à Roland Garros. Ca me fait surtout plaisir parce que j’ai grandi sur terre, je jouais sur terre étant plus jeune, que ce soit en indoor ou en outdoor. Pourtant, comme j’ai dû perdre mes 11 premiers matches sur cette surface et que j’étais par ailleurs très à l’aise sur dur, on m’a rapi­de­ment cata­logué comme un joueur de dur indoor. Il faut dire que j’avais du mal, c’est sûr, ce n’était pas facile pour moi sur terre. Aujourd’hui, je suis content d’avoir ces records, ça montre que les choses ont changé. 

Votre envoyé spécial en direct de Roland Garros

    Fognini : « Pas ennuyeux contre Monfils »

    Rafael Nadal se fiche des mauvais augures

    Le poids de Townsend en question

Article précédentBig up à Carlos Ramos…
Article suivantLlodra abandonne Hesse