AccueilRoger Federer : "La médaille d'or à Londre"
Array

Roger Federer : « La médaille d’or à Londre »

-

Comme vous tous, nous avons eu le plaisir de décou­vrir dans L’Equipe Mag, hier, une longue inter­view de Roger Federer. Sans détour, le Suisse, désor­mais quatrième au clas­se­ment, y revient sur une saison plus compli­quée, sur sa jeunesse, sa vie de famille, parle de ses préoc­cu­pa­tions et évoque ses ambi­tions. Morceaux choisis d’un joueur qui a encore l’envie de gagner.

Sa saison
« C’est peut‐être une année diffi­cile, mais je ne suis pas frustré. Il ne faut pas se prendre trop la tête avec les défaites mais plutôt aller de l’avant. La saison n’est pas encore terminée. J’ai renoncé à la tournée asia­tique après avoir disputé le match de barrage en Coupe Davis, pour la Suisse, en Australie, mais à présent, j’ai hâte de voir la suite. Il y a encore des échéances impor­tantes pour moi, à commencer par le tournoi « à la maison », à Bâle (31octobre‐6novembre), le Masters à Londres… J’imagine que j’aurai beau­coup d’ap­pétit pour le prochain Open d’Australie. Et je suis sûr que si je continue à travailler dur, main­te­nant que je me sens bien physi­que­ment, ça firnira par payer. Je n’ai pas eu ce senti­ment depuis long­temps. C’est bien de le ressentir à nouveau. »

Sur son adolescence
« Je ne sais pas à quel âge les gens deviennent moins timides. Mais, vers 16 ans, c’est quand même normal d’être timide, parce que les filles de ton âge ne veulent pas trop passer du temps avec toi. Elles ont toujours deux ou trois ans d’avance en terme de matu­rité par rapport aux garçons de leur âge. Moi, j’avais confiance comme joueur de tennis, ou pour passer du temps avec les filles. Mais, après, pour leur parler vrai­ment, c’était plus diffi­cile. Si je les aimais bien, par exemple, je me sentais « inse­cure » (mal à l’aise). Mais au fil des années, c’est venu, je ne sais pas comment, ni pour­quoi, mais je pense que le fait de rencon­trer beau­coup de gens, dont des filles, d’être entouré par des adultes, ça m’a certai­ne­ment aidé à vaincre ma timidité. »

La gestion de sa carrière 
À 30 ans, on ne gère pas sa carrière comme on le fait à 25. C’est normal. J’ai aussi une famille, main­te­nant. Cela exige une orga­ni­sa­tion beau­coup plus impor­tante qu’en 2004. Quand je voya­geais tout seul avec Mirka, c’était très facile à orga­niser, très flexible, j’al­lais où je voulais. Aujourd’hui, c’est très diffé­rent. Pour faire bouger la machi­nerie avec les petites (ses jumelles), ce n’est pas évident. Mais je ne me plains pas. Au contraire, j’ap­précie tous ces chan­ge­ments. Je ne suis pas là pour accu­muler le plus grand nombre de victoires possible. J’apprécie davan­tage de trouver des solu­tions aux nouveaux problèmes posés. Ça ajoute du piment à l’af­faire. Et ce serait triste – si tu repenses à tes rêves de gosse – de vivre cette vie de joueur de tennis de façon tota­le­ment routi­nière. Car il s’agit d’un tout avec une remise en ques­tion chaque jour. Quand je viens m’en­traîner ici à 8 heures du matin, je suis content. Ça fonc­tionne ou pas, mais au moins, je tâche de faire de mon mieux. Du coup, si ça marche, je me sens plus fort dans la tête. 

L’après tennis

Arrêter de jouer au tennis, j’ai commencé à y penser il y a déjà quatre ans. Après tout ce que j’ai fait, je pourrai arrêter la conscience tran­quille… Quand c’est fini, c’est fini ! Je suis fier de ma carrière et je sais que, de toute façon, après le tennis, j’aurai encore telle­ment d’an­nées pour accom­plir tant de choses. Notamment au sein de ma fondation.J’aurai plus de temps à lui consa­crer, même si je suis déjà à fond dedans. »

Ses objec­tifs
« Un autre titre en Grand Chelem ou la médaille d’or en simple aux JO de Londres, à Wimbledon. Cette médaille olym­pique en simple, je ne l’ai toujours pas. Or, les Jeux Olympiques, ça a toujours repré­senté pour moi quelque chose d’extraordinaire… »

Les high­lights d’une de ses meilleures pres­ta­tions, cette saison : la fameuse victoire sur Novak Djokovic, à Roland !


Roland Garros 2011 : Federer vs Djokovic, les… par ODBruges