AccueilRoger Federer : "Redevenir numéro un mondial, un couronnement"
Array

Roger Federer : « Redevenir numéro un mondial, un couronnement »

-

Roger Federer a reçu la presse de son pays, à Feusisberg. Il a notam­ment accordé une très longue inter­view au Tages Anzeiger. Nous avons pris la peine de vous en traduire de longs extraits. Roger fait le point sur les échéances à venir et ses ambi­tions cette année. Il aborde égale­ment dans le détail les diffé­rends qui l’ont derniè­re­ment opposé à Rafael Nadal. L’entretien est à retrouver dans sa tota­lité, en Allemand – pour les plus coura­geux -, ici.

Le livre « Grand Chelem, mon amour » est dispo­nible. Retrouvez les 40 matches de légendes de la décennie 2001–2011. Un livre de la rédac­tion de GrandChelem/Welovetennis.

A Madrid, vous jouerez, pour la première fois, sur de la terre battue bleue. Que dîtes‐vous de ces dispo­si­tions révolutionnaires ?

Je n’ai aucune idée de ce que ça va rendre. Nous étions contre, Nadal avec véhé­mence et je l’ai soutenu. Il s’in­quiète de voir la tradi­tion cassée, de voir un orga­ni­sa­teur décider que l’on jouera sur la terre battue bleue, tandis qu’un autre nous fera jouer sur de la terre grise, verte ou rouge… C’est à cause de la tradi­tion, même si je comprends que l’on essaie de nouvelles choses. Ce qui est sûr, c’est que la terre devra être parfaite à Madrid, si le tournoi veut éviter une débâcle.

Vous n’êtes donc pas aussi contre que Nadal ?

Je suis contre parce que Nadal est contre et qu’il y a d’autres options. Mais Ion (Tiriac) a beau­coup insisté. Nous pouvions le faire taire, mais ça n’au­rait pas été bon, parce que c’est lui qui a les choses en main. 

Quel tournoi souhaiteriez‐vous le plus gagner en 2012 : Paris, Wimbledon, l’US Open ou les Jeux Olympiques ?

Pour moi, Wimbledon reste le nec plus ultra. C’est un tournoi spécial. C’est une grande chance pour notre géné­ra­tion que de pouvoir y jouer à la fois en Grand Chelem et pour les Jeux Olympiques, en l’es­pace d’un mois. C’est bien, parce que je pense avoir mes chances de partout. J’espère pouvoir gagner quelques uns de ces tournois…

Si vous pouviez choisir, vous pren­driez le titre à Wimbledon ou celui de cham­pion olympique ?

Je n’ai pas de préfé­rence, les deux sont tout aussi impor­tant pour moi. Même si le titre olym­pique présente la valeur de la rareté. Beaucoup de gens pensent que je ferai plus pour la Suisse avec une médaille d’or olym­pique, mais je vois pas les choses tout à fait comme ça. Ce qui me réjouit, c’est qu’on va y jouer avec une forte géné­ra­tion de joueurs, Djokovic, Nadal, Murray et moi. Le tennis va être sur toutes les lèvres durant ce mois. Ca devrait être une bonne publi­cité pour l’avenir de notre sport aux Jeux Olympiques.

« Je considère qu’il n’est pas impossible que je puisse jouer à Rio »

Le fait que vous puis­siez disputer votre dernier match aux JO, ça augmente la pression ?

Je consi­dère qu’il n’est pas impos­sible que je puisse jouer à Rio. La pres­sion, nous l’avons déjà de partout. Ce qui va rendre ce tournoi olym­pique délicat, c’est que l’on va jouer au début au meilleur des trois manches. Il faudra entrer rapi­de­ment dans les matches. C’est comme une disci­pline diffé­rente de celle des tour­nois du Grand Chelem. 

Une ques­tion taraude les fans : parviendrez‐vous encore à être numéro un mondial et à remporter un 17ème tournoi du Grand Chelem ?

Je ne sais pas, moi non plus. Mais, à cela, nous voyons quelles possi­bi­lités incroyables se présentent encore à moi ; et, pour­tant, nous parlons de succès abso­lu­ment énormes. C’est aussi la raison pour laquelle je m’en­traîne dur et donne tout. La place de numéro un mondial est encore possible pour moi cette année ; mais il faudra que je joue vrai­ment bien. Djokovic peut gagner à Paris son quatrième titre du Grand Chelem d’af­filée. S’il y arrive, ce sera très dur pour moi de rede­venir numéro un mondial. On doit respecter ça. Mais, pour le moment, il n’a pas encore gagné à Paris. Et, si je continue à jouer aussi bien, je me mettrai au moins dans une bonne posi­tion pour gagner un Grand Chelem.


Ce serait le couronnement ?

Devenir encore une fois numéro un mondial, ce serait réel­le­ment un couron­ne­ment, abso­lu­ment, ce serait incroyable. C’est pour­quoi je fais tout ce que je fais et c’est pour ça que j’ai aussi joué plus de tournois.

A Monte‐Carlo, vous auriez pu devenir numéro deux si vous aviez joué…

Oui, mais il ne faut pas faire n’im­porte quoi. Je ne vais pas non plus courir disputer le tournoi de Rosmalen seule­ment pour rester numéro un mondial une semaine de plus et battre le record de Pete Sampras.

Pourquoi vous avez refusé de jouer avec Nadal, à Bernabeu, le 14 juillet prochain, pour sa Fondation ?

La date. Le premier samedi après Wimbledon. Ca ne me convient pas du tout. Je suis en vacances ! Une semaine plus tard, j’au­rais pu le faire, mais ce n’était pas possible. Ca aurait été sympa­thique ! J’espère qu’il aura beau­coup de succès avec Djokovic.

« Je n’ai aucun problème avec Nadal, ça m’est égal ce qu’il dit et pense »

Votre rela­tion avec Rafael Nadal s’est refroidie ces derniers mois en raison de vos désaccords ?

Nous nous sommes certai­ne­ment vus moins. Il n’était pas à Rotterdam et à Dubaï, je n’étais pas à Shanghai, il n’était pas à Bercy. Nous nous vus seule­ment à Londres, Melbourne et peu de temps à Indian Wells. Nous sommes actuel­le­ment plus distants que durant des périodes où nous nous voyions presque tous les jours pendant des semaines. Si des problèmes ont surgi, c’est parce que nous étions moins en mesure de commu­ni­quer, malheu­reu­se­ment. Ca ne doit pas être une excuse, bien sûr. Mais je pense aussi qu’il est normal que nous ayons des diver­gences d’opi­nion. Je n’ai aucun problème avec Nadal, ça m’est égal ce qu’il dit et pense. Ce qui est impor­tant, c’est qu’il s’in­té­resse à l’avenir du circuit et fasse bouger les choses.


Vous soutenez Rafael Nadal sur ce problème de terre bleue pour mani­fester votre bonne volonté ?

Ca n’a rien à voir. On avait déjà parlé de ce sujet il y a un an de ça, bien avant nos désac­cords sur l’élec­tion du nouveau Directeur Général de l’ATP ou du calcul du clas­se­ment mondial.


Vous n’avez pas gagné grand chose à être Président du conseil des joueurs, non ? Vous avez été souvent soumis aux critiques de joueurs comme Stakhovsky, Nadal, Davydenko… Vous n’avez jamais pensé à démissionner ?

C’est clair : si j’avais réagi spon­ta­né­ment, j’au­rais peut‐être déjà démis­sionné. Mais je ne me suis encore jamais vrai­ment senti person­nel­le­ment attaqué. En outre, beau­coup de joueurs exagèrent dans leurs menaces et, pour­tant, rien ne se passe. Certains voulaient agir trop agres­si­ve­ment contre les tour­nois de Grand Chelem, parce qu’ils trouvent que les béné­fices sont trops mal répartis. Roland Garros et Wimbledon ont réagi, entre temps, et ont donné des réponses. Maintenant, les joueurs sont plus contents.

A Roland Garros, Nadal peut écrire l’his­toire avec un septième titre, tout comme Djokovic. Vous vous voyez à Paris comme un trouble‐fête ?

Non. Mais il est déjà incroyable pour Djokovic d’être en mesure de remporter quatre Grands Chelems d’af­filée. J’ai eu l’oc­ca­sion deux fois ; Nadal aussi à Melbourne, en 2011. Dans l’his­toire du tennis, ça n’était encore jamais arrivé que trois joueurs aient cette possi­bi­lité en un si court laps de temps. Je trouve ça super, de voir que les meilleurs joueurs puissent tous aussi bien jouer en même temps. Quand je ne gagne pas un tournoi, je sais que c’est l’un des autres joueurs du top 4. C’est assez incroyable !


Vous étiez le joueur le plus en forme ces derniers mois. Désormais, vous vous trouvez à nouveau dans l’ombre de Nadal et Djokovic. Ca vous dérange ?

C’est parce que je n’ai pas joué à Monte‐Carlo, tandis que Djokovic gagnait – à Miami – et Nadal aussi. Quand vous partez en vacances, les choses ont souvent bien changé à votre retour ! (Rires) Mais j’ai bien profité d’être complè­te­ment tran­quille, de ne parler à personne pendant un certain temps. En temps normal, je suis omni­pré­sent en Suisse, dans le tennis… Donc cette situa­tion m’a fait du bien. 

Les plus belles photos de Roger Federer sous cadre, livrées chez vous !